De l'inspiration...

De l'inspiration ...en patchwork et art textile

 

Le mot inspiration est vague  et surtout quand on l'utilise comme justification à un manque d'idées personnelles. Il semble important que vague, il le reste :  ce flou protège d'un véritable questionnement à ce sujet.

Étymologiquement, il recoupe le mot "esprit" ce souffle qui nous anime et  donne vie  à notre personne. L’inspiration c'est ce qui nous met en route, permet de donner vie à l’œuvre, une vie qui lui est particulière , mais a besoin parfois d'un ou de plusieurs points de départ. On ne dénie à personne ce "droit de s'inspirer de", mais le problème est délicat quand le point de départ est l’œuvre d'un ou d'une autre ou de plusieurs, restant reconnaissables.

Les points de départ  peuvent être matériels : une photographie, un dessin parmi lesquels, en ce qu nous concerne,  les blocs géométriques en tant que tracé en noir et blanc, une vision particulière de la nature et pourquoi pas puisque notre art est textile les tissus eux-mêmes., pourvu qu'on les choisisse et assortisse soi- même.  Les toucher, les regarder et des images s'ébauchent en vous. qui viennent de leurs rencontres. Pour moi cette source-là est essentielle.

Cela peut-être aussi plus immatériel : un sentiment une émotion, une impression , un air de musique ou un texte ... ou tout simplement l'envie qui vous saisit  d'expérimenter,  le fameux "what if " -que se passera-t-il, si ?" cher aux anglo-saxonnes. 

 MAIS  : et c'est là que le bât blesse ,  si  le point de départ  c'est l’œuvre d'un autre ou d'une autre,   cela devient plus délicat. Bien sûr les peintres s'inspirent des peintres, pour n'en citer qu'un  : tout le monde connaît Manet s'inspirant de Goya pour la composition du Balcon  les exemples sont légion, mais les peintres ne le cachaient pas (enfin pas systématiquement !) et il suffit de mettre les œuvres côte à côte original -source- et œuvre  "inspirée de",  pour voir ce qu'est une inspiration libre par rapport à d'autres que je dirai ... dépendantes L'art,  dit-on,  réside dans l'écart avec le modèle, si modèle il y a .S'il n'y a pas réellement métamorphose, si de par sa personnalité l'emprunteur n'est pas capable d'y imprimer sa marque, on n'est pas dans l'inspiration, on est dans la copie ou le plagiat bien que le terme soit réservé à la littérature.

Un point de départ n'est pas un résultat intégralement  obtenu grâce au travail des autres.

A-t--on le droit de brouiller les pistes pour empêcher l'identification desdites sources et de  laisser croire qu'on est entièrement à l'origine de ce que pourtant on expose et publie comme étant propre à celui qui signe ? A-t-on le droit de se dire l'auteur de ce qui doit  tout son aspect à au travail préalable de quelqu'un d'autre ? Et cet autre, qui existe et y a mis tant de soi,  qui parfois tente de vivre de ses créations, comment le ressent-il surtout si la copie est plus connue que l'original ? Car ne pas croire qu'on ne copie que les "grands", tout au contraire : il y a moins de risques à s'approprier le talent d'un (e) quasi inconnu(e) . J'ai un jour été victime d'une démarque patente, prouvable, que la personne a justifiée en disant que je n'étais pas célèbre.. et que j'étais partie d'un bloc traditionnel "qui était à tout le monde". Le dessin du bloc oui , mais pas tout le travail de composition, couleurs, valeurs et styles d'étoffes et d'échelles que j'avais accompli . J'eusse été Jinny Beyer ou Käffe Fassett on m'aurait citée ...car ces deux artistes sont aussi souvent partis de  dessins géométriques dits traditionnels . Même si on n'est ni célèbre, ni reconnue "grand artiste", on reste propriétaire de son travail, il est une émanation  de soi , et on pourrait épiloguer sur la lâcheté alors de ces emprunts à des personnes qui n'ont pas autant que les  gens célèbres les moyens de se défendre.

   Dans les clubs on confond souvent "inspiration" avec démarque étroite d'un pas à pas ou d'un plan de quilt, les revues sont ,disons - pour rester soft,  "bien exploitées " -et quand on expose les travaux des adhérentes, nulle mention le plus souvent des points de départ  -composition, technique particulière-qui ont tout de même très souvent donné l'essentiel de l'aspect de ce qu'on regarde . Je ne généralise pas, tout le monde ne travaille pas ainsi, mais trop souvent quand on regarde et qu'on a l'expérience on peut repérer à la trace les non-dits des emprunts divers. parfois soigneusement  mixés.

 On pourrait parler  alors du bon usage des livres et des revues. Les lire pour s'en inspirer,  ça recouvre quand même pas mal de pratiques différentes. Si y chercher son inspiration c'est prendre le dessin  ici -qu'il soit géométrique ou non- la bordure ailleurs, la technique autre part et l'harmonie de tissus ou couleurs ailleurs, il me semble que c'est un peu plus qu'un point de départ ... Est-ce vraiment alors bien "personnel" ? Je pose la question. Je n'y réponds pas  . Je demande qu'on se la pose honnêtement.

 Je demande aussi que les personnes qui ont pris à charge d'enseigner  patchwork ou l'art textile aux autres et d'organiser des expositions publiques s'interrogent aussi sur ce mode de transmission qui rend plus ou moins dépendant des idées des autres ; des revues et des livres. A cet égard on pourrait insister sur l'apprentissage du dessin personnel de blocs via un logiciel par exemple qui ne crée pas  lui-même mais facilite le tracé et la fabrication des patrons,  y compris des dessins complexes. J'insiste sur ce fait : notre art  n'est pas à l'origine un art de dessinateur auxquels on ne demande pas de savoir "mettre en tissus" . On ne demande pas au photographe de savoir dessiner, mais composer, ce qui est tout différent . Valoriser notre art c'est mettre en lumière ce en quoi il est particulier. Le patchwork d'étoffes a deux particularités : il est assemblage et il est en tissus ! Encore faut-il que ces deux particularités ne soient pas empruntées à quelqu’un d'autre de toutes pièces.

  Si les sources sont multiples, on diminue leurs chances que les emprunts soient repérés, mais ça n'en reste pas moins des emprunts repérables. Voici ce qu'on pourrait faire pour le signaler :  ce que  j'aimerais voir plus souvent .

Les quilteuses américaines savent le faire, le font sans complexes aucun .Pourquoi pas en France ?

Pour moi l'inspiration se nourrit certes des revues et surtout des livres que je lis. Mais quand je crée ce n'est jamais avec la page du manuel sous les yeux sauf si j'ai besoin d'une information technique . Toutes ces oeuvres nourrissent mon  imagination mais cela reste diffus , et quand  ce n'est pas le cas, je le dis .De même, quand j'écris un poème j'ai en moi les textes des autres, mais j ene prends pas un vers à Verlaine , l'autre à Rimbaud et le dernier à Aragon pour signer ensuite de mon nom . Être imprégné de  ce qu'on a vu, ne signifie pas y coller quand on crée,  et je dirai même que plus on apprend à regarder à ce égard, mieux on trouve ses voies propres.

Je sais pouvoir créer seule,et tracer des dessins par moi-même,  je n'ai donc pas de scrupules à reconnaître emprunts  et sources. ensuite reste le problème épineux de la ressemblance qu'on dit "fortuite" et de l'influence . Certes, tout artiste est influencé par  ce que  font les autres à son époque dans son art  C'est même ce qui crée les courants et les écoles. mais encore une fois chacun garde sa patte et son style propre qui font qu'on ne prend pas les Tournesols de Van Gogh pour  ceux de Gauguin .et est-ce vraiment comparable à une assemblée de dames recopiant le dernier modèle de Qult folie avec quelques variantes ? Ou à d'autres s'amusant avec la recette mixed media de la revue  Art et Mêli mélo  et s'extasiant sur le bien fondu de leurs matériaux si innovants ?

J'imagine en patchwork un peu la même chose et que déjà on se pose la question devant un ouvrage fini  avant de le publier sur son blog ou ailleurs ,  de ce qu'il doit aux autres , le cas échéant . Cela ne discréditerait nullement une œuvre très personnelle, si on sait mettre son être entier dans ce qu'on fait . Est-ce si souvent le cas ? Je vous en laisse juge .Si souvent on l'impression de lire un cours de couture ou mixed media  appliqués  dont même le pas à pas est plus ou moins  "inspiré" d'un livre pratique , non cité le plus souvent. et parfois on a mêrme le culot d'en proposer la photocopie intégrale et illégale aux copines , au nom du partage qui rend evidemment "populaire", d'autres fois on sent que c'est l'application d'une méthode, mais on se garde de dire laquelle ...

J'aimerais lire aussi , moi, des démarches  vraiment personnelles Si et quand il y en a. Oui ce serait beaucoup plus intéressant et ça éviterait cet esprit d'assisté(e)  qu'on constate si souvent genre "tu n'as pas par hasard un modèle de",  "une idée pour"  .... quand encore on ne le demande pas, comme je l'ai vu, pour participer .... à un concours !!!

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×