-copyright-

Toujours méchante jamais contente

 On me faisait la remarquer sur un Forum récemment que je songeais toujours à critiquer et pas pas à encourager. Je le voudrais bien , mais comment le pourrais-je, souvent ?  quand j'admire, j'aime savoir déjà, ce que je regarde

Promenade sur les blogs au hasard de publications,je tombe sur un site adorné d'un quilt  présenté comme l'oeuvre "superbe" de X, une dame du club, probablement .

Le problème c'est qu'au premier coup d'oeil je reconnais, étant du métier, que l"oeuvre imputée à la quilteuse  X qui a si "superbement "travaillé en couture -je n'en disconviens même pas-  n'est pas.. "son" oeuvre comme affimé, ou alors le mot a changé de sens pendant la nuit sans que je m'en aperçoive !- mais la copie conforme d'une oeuvre de  l'artiste américaine bien connue Caryl Bryer Fallert   qu'on peut voir ici.sous le titre Flying free  2.

Certes l'artiste en vendant modèles, patrons et kits  autorise la copie de ses oeuvres, mais elle n'autorise pas qu'on s'en approprie la propriété intellectuelle  : le voudrait-elle, elle ne le pourrait pas , c'est "inaliénable" .Non  : le fait de payer le patron ne donne pas le droit  de se l'approprier en tant que créateur. Dans le même esprit sur un autre site on voyait naguère, une dame réclamer des copyrights sur ses "oeuvres" parmi lesquelles on reconnaissait entre autres  une oeuvre célèbre de Joan Colvin, faisant la couverture d'un de ses livres.   .. Copyright sur quoi ? Si on n'a pas conçu c'est à dire composé sa surface soi-même et surtout si on a utilisé  un dessin contemporain bien reconnaissable, pris , avec son aval ou non ,  à un(e) artiste connue,  Non même si on a payé, on n'a pas le droit de le publier comme oeuvre de soi-même ,

Nous avons peu de public, sans doute, mais ce n'est pas une raison pour l'induire en erreur. Tout au contraire, on éviterait par un abord honnête et sincère, les ricanements sur l'activité ou a contrario les admirations mal orientées de spectateurs qui croient, légitimement, que si on met son nom sur le tableau textile, ce n'est pas pour avoir acheté le kit ou le patron,mais pour avoir composé élu couleurs valeurs et étoffes soi-même. Comment pourrait-il savoir le public que ce qu'il regarde n'existe que par un autre travail réellement créateur celui-là -et non créatif!- puisqu'on le lui cache et souvent sciemment, pour se faire valoir?

Car je pense que nombre de quilteuses sont persuadées que "le coudre de ses mains, c'est le "créer" tant le mot loisirs créatifs si impropre a fait commercialement son œuvre.  Mais ce n'est pas le commerce qui fixe le sens des mots et qui change la réalité des faits ni le droit de la propriété intellectuelle  : il produit une illusion dans le but de vendre . C'est son rôle .

il suffit de réfléchir un peu . L'oeuvre superbe de madame X signalée plus haut d'abord existe déjà et sous cette forme exacte. donc Madame X ,n'en est pas l"'auteur , donc madame X ne peut signer , ni publier sous son nom. madame X et la responsable du site qui la publie devraient dire : conçu par Caryl Bryer Fallert et re- cousu par Madame X; d'autant que Madame X n'est pas non plus la "petite main attitrée de l’artiste, comme il en existe pour certains artistes hommes, qui conçoivent sans coudre. Non c'est l'acheteuse d'un kit ou d'un modèle qui a su le réaliser; Fort bien , certes, tout le monde n'en est pas capable OK; Mais ça n'empêche : ce n'est pas "son" œuvre.

Ce n'est que deux exemples, je ne passe pas mon temps à fliquer les autres, mais je voudrais pour admirer savoir ce que j'admire. Depuis des années je songe, je vous l'ai dit, à  créer un index sur le net des oeuvres textiles patchwork mosaïque inclus - et je ne puis le faire. J'envisage ce travail avec rigueur  et honnêteté sinon c'est du temps perdu et je ne me vois pas passer x heures à enregistrer des copies ou des kits réalisés comme "oeuvres originales" de la personne qui les a  juste cousues.Une telle entreprise ne pourrait reposer que sur ma confiance en l'auteur "déclaré". Comme on ne peut pas faire de reconnaissance de paternité pour les quilts ...on voit l'étendue du problème   Malheureusement, on voit du mépris dans ce que je dis, alors que c'est juste un  rappel de comment "scientifiquement" et légalement le monde de l'art - fût-il art appliqué ou décoratif- et son histoire en tant que science,  fonctionnent. Ce n'est pas anodin .C'est tout de même la manière dont fonctionne aussi ce qui dans d’autres pays (Royaume-uni, USA ) est tout de même considéré aussi comme un art. Mais ce n'est possible que par une certaine rigueur dans la reconnaissance des sources graphiques et autres "modèles" utilisés, même légalement .On peut faire comme on veut, mais à condition de ne pas mentir (et se mentir à soi-même non plus!) par omission!

Internet est un espace public !Pas votre maison où vous montrez en privé pour faire admirer votre talent de  couturière experte à votre famille et vos amis.

Il  y a fort heureusement des blogs honnêtes où on montre le livre ou la revue qu'on a suivie pour créer ce qu'on nous met sous les yeux.  Si c'est dit, c'est bien : on sait ce qu'on  regarde et nous pouvons toutes participer justement à revaloriser l'image du patchwork assez désastreuse en milieu artistique et pour cause. Il n'y a pas de honte à en faire un loisir de reproduction ou de démarque proche en revanche donner comme je le vois aussi des tutoriels d’œuvres où a juste changé un détail pour se les approprier sans mention du travail original ..et parfois même les vendre relève de la malhonnêteté.

 

Même si dans l'idéal, j'aimerais  mieux  qu'on montre plus souvent  des   élaborations vraiment personnelles , avec démarche  : le" comment on est arrivé à ce qu'on voit".  Normalement dans une création, même si la source graphique-le dessin , le bloc- n'est pas de vous, tout le reste -qui n'est pas rien- l'est et il vous reflète, vous : votre sens de la composition et des couleurs,  pas forcément du "dessin d'art qui est une autre discipline , votre choix d'étoffes -car oui un choix d'étoffes peut être une expression personnelle. C'est même l'origine de notre art : se dire par le moyen de tissus-qu'on choisit soi même- assemblés . sinon on  reste dans la simple compétence technique et  c'est tout autre chose.

Qu’on aime surtout coudre pour avoir de belles choses faites de sa main , qu'on soit fière de sa capacité à le faire ;  je le comprends aisément . Mais qu'on ne différencie pas une réalisation d'après kit ou patron d'une création authentique et qu'on fasse tout pour créer le doute en sa faveur me questionne sur les abimes soit de vanité, soit d'ignorance de ce qu'est un parcours artistique et réellement de création ...que cela présuppose.

Un artiste concepteur- je n'ose plus dire créateur tant la  création est mise à toutes les sauces - vous savez c'est quelqu'un qui travaille beaucoup et notamment au niveau de la conception  personnelle de ses oeuvres , c'est son travail que vous piétinez à chaque fois que vous agissez ainsi laissant croire que le patchwork ce n'est que cela : de la  belle couture d'après modèles dont on devient l'auteur parce qu'on le coud !

Si vous recopiez une page de Victor Hugo, même en  calligraphie vous n'êtes pas l'auteur du texte de Victor Hugo, mais vous pouvez revendiquer votre talent de calligraphe. Seulement, une exposition de calligraphie n'est jamais montrée comme étant de la création "littéraire" sauf si auteur et calligraphe coïncident .

Les activités d'un club quel qu'il soit sont evidemment publiables, mais celles qui gèrent les pages devraient avoir conscience un peu plus de leur responsabilité à la fois à l'égard du droit  (publier sous un autre nom la création d'un  autre reste illégal , même ci cet autre ferme parfois  les yeux pour ne pas perdre  son chaland !) et aussi à l'égard de l'activité que d'autres exercent autrement .Et qu'on ne se dédouane pas en disant "tout le monde le fait, alors "... d'abord c 'est faux (les blogs honnêtes que je signalais) et ensuite ce n'est pas une excuse c'est aggraver son cas par une sorte de lâcheté collective.

Ce que je signe, même si ce n'est pas "superbe" c'est au moins de moi , c'est' mes idées, mes rêves , ma passion, mes recherches, mes erreurs et mes errances, mes "ratés"  . Mes sources sont citées et mes emprunts aux autres œuvres textiles reconnus. Je me demande parfois si ce n'est pas pour cette raison, que reconnue, en milieu "quiltique", je le suis peu et exposée encore moins ! Le travail que je délègue l'est aussi.Permettez- moi d'en être plus fière que d'un bel ouvrage que j'aurais cousu grâce au travail d'une autre  sans le signaler. Je ne comprends même pas qu'on puisse agir ainsi et y trouver un quelconque plaisir, puisque mon plaisir à moi c'est d'imaginer ...non sans inspiration, certes mais je l'ai dit mille fois s'inspirer de, c'est s'imprégner non d'une œuvre unique qu'on reproduit quasi telle quelle, mais de tout ce qu'on voit et admire.

A quand un signalement et étiquetage  honnête de tous les patchworks et œuvres textiles exposées ? On me verrait alors, peut-être,  vraiment admirative.
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×