mosaïques étoffes quilts françai

mon livre

 On n'est dit-on jamais si bien servi que par soi-même, dit-on surtout quand on est seule Sourire. Donc je me permets de signaler ..

Lien vers la présentation de mon livre

To inspired design

Iinpired-design-001-1.jpg

Titre :To  inspired design

Auteur Elizabeth Barton

éditeur: C& T Publishing

date de parution : juillet 2013

En anglais

Encore un livre qui incite à créer ce  que les Américaines appellent des "arts qults". Celui-ci accorde une grande part au dessin, aux manières de composer et aux sources d'inspiration ... d'où le titre .

L'auteur se propose de vous y amener en sept étapes.

La première Inspirations et design sketches  (inspirations et esquisses de dessins) est consacrée à la recherche d'idées et aux manières d'obtenir un dessin personnel ; c'est de loin, pour moi, la plus intréressante , parce  que les manières d'y parvenir sont variées , incluent la musique et les poèmes (même si la manière de faire, en ce cas reste difficillement explicable).   On explique notamment comment isoler un détail dans un dessin d'ensemble et l'exploiter, ou comment à l'aide  de grilles régulières,  bâtir une composition. Quant aux sources d'inspiration on y cite tout sauf ... les blocs issus de la tradition qui semblent aux yeux de l'auteur ne pas pouvoir être un point de départ- ce qui me fait toujours sourire quand elle recense d'autre part les motifs réguliers autour de nous. Pourquoi des dessins seraient-il plus inspirants sur un objer réel que les mêmes exactement dans un recueil de poncifs ...et pour manipuler les formes un logiciel de patchwork va plus loin qu'un paire de ciseaux ). Rien non plus du dessin pouvant être généré par les logiciels , et  rien sur les impressions sur les tissus voire les tissus en eux-mêmes. J'y reviendrai. C'est néanmoins un chapitre très riche de pistes et très précieux pour se mettre en route si on manque d'idées et je partage formellement l'avis de l'auteur  qui incite vivement à ne pas copier, ni démarquer , il y a à cet égard une réflexion précieuse (et rare!) , applicable à tous les styles et nonuniquement  à celui développé par l'auteur .

Le deuxième étape  Size, shapes and structures (taille, formes et structure) s'attache à la composition d'ensemble, et il s'appuie  entièrement sur l'analyse des  quilts de l'auteur , il est donc quasi impossible de le résumer; peut-être aurait-il été judicieux d'y adjoindre comme d'autres auteurs le font des compositions d'autres artistes pour "ouvrir" les manières de faire à cet égard, 

L'étape 3 Deep and space (profondeur et espace) indique avec plusieurs moyens comment créer une impression de profondeur et consacre une partie à la perspective; une partie très intéressante sur ce qu'on appelle le point focal , que les qulteuses dites "traditionnelles" connaissent bien , notamment en crazy quilt. Ici , c'est un point de vue de peintre évidemment. J'en retire ce conseil précieux  de ne pas mettre à l'arrière plan d'un paysage un imprimé trop fort ou une texture trop chargée, mais je n'irai pas jusqu'à appeler cela comme l'auteur une "faute" , c'est tout simplement une profondeur de champ inversée qui appelle le regard vers le fond ...L'auteur m'a semblé un peu dogmatique sur ce point . Il est d'autres façons d'attirer l'oeil que le point focal, mais l'artiste est visiblement ennemie de la dispersion et du regard qui se perd ...Ses propres compositions sont du reste charpentées, très contrastées,  il s'en dégage de la force indéniablement, mais disons que pour ceux qui préférent un peu plus de rêverie, d'évasion ...de sens des nuances et de lectures différentes des mêmes formes,  les conseils ne s'appliquent pas . Il n'y a pas possibilité de voir autre chose que ce qui nous est  "imposé". L'art ne se réduit pas si aisément à une série d'exercices ou à une pratique intensive, et pour ma part j'ai regretté un peu tout au long du livre qu'on laisse si peu de place à l'instinct -qui n'est pas le hasard , aux accidents , qui ne sont pas des fautes, mais permettent d'échapper au formalisme et à un certain"académisme" modernisant .Disons que dans un livre destiné à déveloper une inspiration personnelle , on a parfois le sentiment que la seule bonne méthode à cet égard est celle de l'auteur , or s'il s'agit de trouver ses voies, elles sont infiniment plus variées.

L'étape 4 s'intitule Value (valeur), et l'étape 5 Couleur  et nous savons toutes,  quelle que soit notre pratique textile ou artistique, que c'est un point capital  C'est là qu'on note qu' E. Barton ne travaille qu'avec des presque unis teints par elle-même ou des marbrés . c'est à dire aux antipodes de ce que les amouureuses des tissus imprimés voire reliéfés, des tissus que je dis de caractère ..  aiment faire. Mon prochain compte-rendu  vous présentera un livre d'une amoureuse du tissu qui fait des arts quilts avec des imprimés pas faits pour aller ensemble. Barton est un peintre  abstrait excellent, reconnaissant d'ailleurs ses influences (Rothko notamment ), ses compositions sont fortes et énergiques mais .. ce n'est pas quelqu'un qui sait les tissus dans leur infinie variété.Elle s'inscrit dans le mouvement actuel  que j'ai maintes fois signalé des artistes qui éliminent d'office les imprimés. Ses conseils ne valent donc que pour celles qui aiment que ça ressemble le plus possible à une surface peinte.  Des oeuvres devant lesquelles une fois le livre refermé, j'ai tendance à me demander ce que le tissu, en tant que matériau singulier valant par  son tissage et/ou ses motifs imprimés , les deux caractéristiques qui le différencient le plus de la touche de peinture,  leur apporte. Peint sur une toile l'impact visuel serait quasiment le même et il n'y a pas vraiment d'appel tactile vu le choix des étoffes .Disons que ça ne déborde pas de sensualité ...même si beaucoup d'oeuvres restent très vivantes par un mouvement dynamique, dramatique même parfois .

Pour le reste ce sont deux chapitres "classiques" qui n'apportent pas grand chose à ce qu'on peut trouver partout .

L' étape 6 incite à regarder les esquisses de dessins d'un oeil critique. Pour l'auteur tout doit converger vers quelque chose d'unique que ce soit le point focal ou l'idée principale ou le schème de couleur .  De précieux conseils de simplification , mais elle envisage aussi le bon usage d'une certaine complexité. Elle cite à cet égard Edrica Hudws  à laquelle j'ai consacré un article et qui est à mes yeux bien davantage une artiste des tissus qui sait intégrer des imprimés à carreaux et à pois et leur faire dire autre chose que ce qu'ils disaient dans leur usage premier. Ce chapitre est  néanmoins précis et précieux .

Le chapitre 7 Putting all together (mettre tout ensemble)  décompose la réalisation à partir d'un exemple et comporte les habituels conseils techniques. ce livre n'est toutefois pas un livre de technique "couturière" . l'auteur emploie  une technique d'appliqué très simple et l'intérêt du livre n'est pas là .Vous n'y troverez pas  -et c'est un bien de modèles à copier-  pour la raison simple que la composition doit venir de vous, de votre inspiration  et je souscris pleinement à cette approche.

Tout au long du livre E. Barton propose des exercices ...qui ressemblent à ceux que j'ai pu pratiquer mutatis mutandis dans les ateliers d'écriture ... et procède beaucoup sous formes de questions à se poser,  ce que j'apprécie. C'est donc avec le bémol pour moi important de l'absence d'usage des tissus à caractère  (carreaux pois, imprimés  textures et épisseurs diverses ), un livre très riche et très intéressant,  utile pour toutes,  même celles qui s'adonnent aux géométries régulières jugées si "ennuyeuses" , il suffit de savoir interpréter et adapter ce qui l'est à sa propre pratique . 

Si on veut se faire une idée des oeuvres d'Elizabeth Barton je renvoie sur ce lien : vers le blog de l'auteur

Mosaïques d'étoffes

 

  Titre  : Mosaïques d'étoffes

 

  Auteur : catalogue d'exposition, présentation de Michel Perrier, Nicole Oblici et Carole Veillon

 éditions Quiltmania

Présentation:

Catalogue d'une exposition du collectionneur Michel Perrier qui eut lieu en 2001 et que certaines d'entre vous ont sûrement eu la chance d'admirer.

Le livre présente les pièces, avec, pour chacune, à la fin de l'ouvrage, un commentaire souvent très intéressant sur les techniques, les matières, l'époque , le lieu d'origine. Bien sûr le collectionneur a à cet égard possède peu  de certitude puisqu'il n'y a pas eu archivage de ces pièces à l'époqie où elles ont été conçues. On ne peut s'empêcher de penser à tout ce qui a été perdu probablement.

 On entend souvent dire qu'il n'y a pas de "tradition du patchwork en France" sans doute, mais ce livre atteste qu'il y a eu une pratique digne d'intérêt,  mais que celle-ci a été déconsidérée et occultée, dès le départ. Il n 'y a tradition que si la transmission existe et malheureusement, il semble que dans notre pays, on ne juge pas que ce soit nécessaire , alors que dans d'autres et je songe au Royaume-Uni, des musées ont des départements entiers consacrés aux arts d'aiguille et  textiles.

 

Si un collectionneur , un seul, a pu retrouver nombre de si belles pièces, c'est qu'il a existé des artistes inconnues pour les réaliser. Le quilt de couverture montre bien ce que pouvait être un patchwork à la française. Je dis bien patchwork et non quilt , le patchwork désignant l'assemblage et le quilting le matelassage.

Ces pièces pour la plupart sont brodées, certaines magnifiquement, mais pas forcément matelassées et j'aime assez cette idée d'un patchwork qui ne soit pas soumis aux diktats d'une soi disant tradition (il n'existe pas qu'une tradition du quilt , mais une tradition de l'assemblage d'étoffes .sans matelassage obligatoire)..Ce livre le prouve éminemment

A noter la pièce 27 qui est un extraordnaire tableau figuratif où les tissus sont traités comme des touches de peinture .Preuve s'il en était besoin que le tissu est une matière à part entière avec laquelle on peut s'exprimer de manière variée ... Chaque pièce mérite qu'on s'y arrête et on ne peut que saluer l'entreprise du collectionneur .

A mettre en regard avec une évolution du patchwork vers le kit ou le décalque exact d'un modèle qui sert à faire vendre des tissus.,  alors qu'on sent bien à feuilleter ce livre ce qu'aurait pu être un art libre où on use des étoffes le plus souvent récupérées,  à sa guise, sans trop de souci du goût et encore moins du goût du jour, même si certanes pièces peuvent attester d'influences.

On ne peut aussi s'empêcher de penser à tout ce qui se perdra à notre époque, faute de lieu pour conserver  et de volonté de le faire cela ne semble pas important, même aux yeux des spécialistes en patchwork et art textile qui pourtant se sentent aptes à décider de ce qui vaudrait ou non. ..D'autant que la création en ce domaine est  niée, quand elle reste dans cet humble domaine des bouts d'étoffes cousus ensemble .

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×