opinions

A propos des concours

Un débat récent sur le sujet  sur un Forum et comme j'ai déjà écrit un article à ce sujet qu'on peut trouver ici ..

Cet article étant destiné à la publication -il a d'ailleurs été beaucoup lu- je ne pouvais pas y exposer  les choses de manière très personnelle

Ce  que j'écris ici  est de parti-pris et je l'assume. Je n'espère d'ailleurs convaincre qui que ce soit, la pierre est trop lourde à soulever ...

Il suffirait peut-être de regarder aussi ce que je fais pour comprendre les raisons de ma colère et de mon irritation .De ma tristesse aussi devant la pesanteur des préjugés, des  prêts- à- penser, de l'absence totale de questionnement  sur le bien  fondé de quelque chose pourvu que la majorité en soit satisfaite ... et que" tout le monde pense/fait comme ça.... "et qu'il y en partout , alors .." est-ce forcément un bien pour autant ? On  pourrait  citer nombre de coutumes et rites, passages imposés,  qu'on a justifiés ainsi avant de s'apercevoir qu'en faisant autrement non seulement ça n'allait pas plus mal, mais plutôt mieux :..

 

On ne donne pas à boire non plus à qui n'a pas soif .Mais on peut poser le réservoir à portée de main on ne sait jamais ...

 

 J'ai participé à des expositions-concours (très peu de fois) car c'est le seul moyen pour nous textiliiennes de base, de montrer en vrai ce que nous faisons, au public.  Pour moi l'essentiel est de partager , ce que je crée est conçu entièrement comme un don vers les autres. Je n'en attends pas d'autres récompenses qu'une émotion partagée et  . C'est pourquoi j'ai décidé d'ouvrir ma maison pour visite guidée de mon oeuvre à qui le voudrait .Même si on ne s'y bouscule pas- j'ai le malheur d'habiter une région non touristique-, je trouve ce contact et ce partage-là beaucoup plus satisfaisant . Et c'est un  moyen de faire connaître non pas seulement mon œuvre dont je sais bien qu'elle nest pas  jugée "grande"je n'ai pas eu de prix à Houston ou ailleurs .. où il faut en  avoir à vos yeux, mes soeurs,   pour être reconnue .. - mais notre art. Et ma récompense suprême c'est de voir changer les gens d'opinion en regardant ce que je propose à leurs regards et en écoutant(patiemment)  mes plaidoyers pour .. ..  Quand ils repartent d'ici, parfois,  pour eux le mot patchwork a changé de sens. Là oui, je suis fière et je me sens utile, non pas à moi -même ça ne change rien à la promotion de mon œuvre qui je le sais bien restera ignorée , mais au moins j'aurais essayé de faire changer le regard sur nos arts textiles. Et ailleurs que dans ce  cercle étroit des milieux dits spécialisés. C'est crucial.           

 

On  m'écrit " comprenez que certaines en ont besoin des concours... ça stimule leur imagination." on me dit :  "quelle récompense quand on est primée" . On y croit , ça aide , à "se dépasser" ou à croire naïvement qu'on a dépassé les autres ?-  . Moi j'y vois surtout de l'auto-satisfaction sans réelle modestie c'est à dire doute et questionnement sur ce qu'on fait. Même si c'est irrespectueux, je ne le dis pas pour blesser mais somme toute, on ne me fait pas de cadeau à moi non plus,  de ma franchise, je pense à ces susucres pour chien-chien que seuls les chiens obéissants obtiennent.

Je ne fais pas le beau, j'essaie de créer de la beauté ou de l'expressivité, à ma manière .Et j'échouerai à "faire la belle" à tous les sens du mot:-)... le concours de Miss Patchwork, c'est pas pour moi, les 'championnats" non plus -qui existent réellement! -   (sourions je ne  le dis pas méchamment). Si j'avais voulu être méchante j'aurais dit que les poules, le vaches et les camemberts ont aussi des prix  mais que c'est fait pour vendre !!

 

Dissidente donc encore. non seulement je n'y crois pas mais je crois aussi que cette façon, hélas majoritaire, d'aborder notre art ne contribue pas peu à le maintenir dans une sorte de cercle étroit , où on se coopte, se congratule, se flagorne, et parfois on tire un peu la couverture à soi ...ou le tapis sous les pattes de l'autre...

Une fois sur ce même Forum, une dame demandait des modèles pour un concours.. Et on lui en donnait.Et on a zappé, naturellement,  ma question à ce sujet . On voit donc comment  l'imagination vient au pouvoir, parfois ...

 Je ne l'envie pas, cette "imagination" - là  même si c'est, je m'en doute l'interprétation  qu'on en donne .Ce que j'aurais voulu faire saisir c'est des oeuvres d'art ne se classent pas, même si elles peuvent s'évaluer. Tout ne se vaut pas , mais dans ce qui vaut décider de qui prévaut en mettant des premiers prix et   des deuxièmes ..On ne voit même pas l'absurdité de la chose : celui-ci  "vaudrait un peu moins " que le précédent,  parce qu'il a remporté moins de voix! Mais il ne s'agit pas d'élire un politique à un poste!

 

 

Et ce n'est pas non plus un concours technique  de couture qui exigerait  déjà que toutes aient travaillé au moins sur la même technique.Et serait nul et non avenu s'il s'agit de noter l'art, dans  l'oeuvre le fond et la forme allant de pair... ou alors Magritte aurait 20 pour couvrir ses fonds et de Stael zéro ... car on en est là côté "mesdames qui jugent en expertes" -sans dire sur quoi repose vraiment leur autorité , d'ailleurs et je me permets de la contester au passage -   parce qu' agissant ainsi , elles n'en font vraiment  pas la preuve .

 

 Et précisément je trouve que c'est un  reflet de groupes qui fonctionnant selon les principes d'une démocratie interne, oublient que l'art n'a rien à voir avec la chose. Déjà les personnes qui président sont-elles élues sur les connaissances qu'elles ont dans l'art qu'elles sont censées représenter ? C'est un vote interne , qui les désigne ,  comme dans toute association , et les qualités humaines de dévouement, de sens de l'organisation ne donnent pas valence et compétence automatique  pour juger de l'oeuvre des autres ( cela manque un peu de crédibilité. C'est d'ailleurs renforcé par la croyance  béate et universelle que celui qui a "le plus de votes"  serait le meilleur...Le livre le plus vendu est rarement, en littérature, où j'ai compétence  à juger, "le meilleur", et quasiment jamais  le plus profond  qui pourtant nourrirait  l'esprit mais demanderait un  effort .

L'humain aime la facilité (et la flatterie!) , c'est couru  .Alors comment la valeur d'une œuvre pourrait-elle dépendre du nombre de voix ici ou là . S'y ajoute le principe de relativité. On peut se dire si on est réellement  modeste et  juste envers le travail des concurrentes : "un autre jury, un autre public ne m'aurait pas décerné le prix ..." ça,  je ne l'entends pas souvent.Et pour cause,  si  c'est la seule ou principale  motivation d'une majorité...on le comprend .

Il n'y a pas de "meilleur"ni de "premier"  c'est impossible. Même pour le jury le plus savant en histoire du patchwork et de l'art textile, même si on suppose que ce jury passe son temps à observer et analyser les œuvres des autres (ce que font les critiques et chroniqueurs d'art qui éclairent les oeuvres  et ne les classent pas ! ) ce dont je doute un peu et- même beaucoup à lire les blogs de certains "juges" ...ou personnes qui font la pluie et le beau temps dans notre "corporation" , bref que ce jury est là pour d'autres raisons que pour des qualités de bonne bénévole associative, qualités que je ne méprise nullement, mais si on mélange les compétences..c'est au moins un manque de rigueur. 

 

J'interroge aussi l'honnêteté intellectuelle à le faire, mais je ne sais si on peut attendre beaucoup de la part de personnes pour qui copier,  s'approprier les idées des autres en "adaptant" est  comportement normal puisque "tout le monde le fait" ..du moment qu'on le fait sans le dire et que personne ne s'en aperçoit ...

 

On pourrait exposer avec des thèmes (puisque eux aussi stimuleraient l'imagination, ce que je veux bien admettre au moins pour certains ), des sélections, car les murs ne sont pas extensibles à l'infini. Rien n'oblige à organiser ces concours. Et  même si une voix me souffle qu'il  y en aurait toujours eu en art (surtout en artisanat d'art) et en littérature c'est qu'il faut vendre .(ou faire vendre).Combien de concours sponsorisés par marque de fils ou de machines à coudre ou revues d'art textile ? Pas un mal en soi, mais qu'on soit alors honnêtes!

Le temps et l’énergie économisés-puisque ces bonnes bénévoles s'en plaignent !-  pourraient servir  à promouvoir  notre art et non des  vedettes ponctuelles à usage interne, si j'ose dire,  ici ou là ...  On on aurait peut-être une chance de le voir figurer à sa place dans les livres d'histoire de l'art dont il est le grand exclu ...même côté art décoratif ... de voir des recensions sur les quilts qui ressemblent à celles sur peintures ou gravures ,d'en voir accrochés à l'égal des tableaux dans les galeries d'art ... chercher des lieux où montrer et conserver (en trente ans on  aurait pu essayer !!) ., se mettre à la construction d'un index honnête et rigoureux  qui admettrait copies et interprétations mais comme telles et non comme  créations (car si on veut un jour être prises au sérieux en dehors de nos cercles, c'est absolument indispensable ) .

Evidemment c'est plus difficile. Et qu'on ne me dise pas "et toi qu'as-t fait  ? "car j'ai au moins essayé. . Mon parcours en  témoigne-encore faudrait-il le lire! et on ne lit que les stars chez nous comme ailleurs --  et de cela, oui je suis fière,  beaucoup plus que d'un prix sur un de mes ouvrages qui ne m'apporterait qu'une bouffée de satisfaction égoïste dans mon coin, et rien à notre art  dans une perspective de changer le regard sur lui. Non vraiment rien .

Je ne suis ni jalouse ni aigrie...en matière de reconnaissance  que je ne confonds pas avec la gloriole et la vanité. Mais qui saisit la différence ?

Ce qui me motive ce sont les tissus, les fils, les mots, les images  les envies  que j'ai autour et qui ne cessent pas ... mes carnets sont pleins de projets  ...mon imagination je dois la canaliser sans cesse,  pas la stimuler. Je suis bien dans ce que je fais et que je sens en moi comme un  infini qui vibre .  ma récompense c'est aussi d'approcher des visions que j'ai ...

J'ai eu beaucoup de joies, de rencontres, de dialogues y compris avec des gens bien plus connus que moi, de gens qui comptent eux dans le monde de l'art et de l'art textile ,(preuves en privé à qui me les demande)  -leur estime est aussi une joie, pas une récompense!-  mais je ne l'étale pas dans un  CV officiel. J'ai vendu des oeuvres, j'ai exposé en galerie d'art j'ai eu deux fois mon portrait d’artiste et je ne dis tout cela que pour souligner que côté vanité j'ai de quoi aussi me satisfaire. Donc pas d'envie dans ce que je dis..mais réflexion sur cette vanité, tout de même un peu médiocre de celles qui disent vouloir se dépasser elles-mêmes avec le désir secret d'être "premier prix" -donc de dépasser les autres. C'est indiscutable, Si on veut  vraiment "valoir"  il suffit de sentir que ce qu'on fait est en harmonie avec ce quon souhaite faire (d'autres finissent toujours par vous le dire , qui sont eux aussi en phase avec ce que  vous faites )  ça ne veut pas dire que vous êtes "la meilleure" ça veut dire que vous avez la capacité de toucher un public : qui ne vous connaît  pas (toujours) et qui ne se connaît pas entre soi .... et si vous n'êtes pas "la meilleure" "la preum"  de ce lot-là avec ce jury-là ... vous aurez au moins fait passer quelque chose . J'ai coutume de dire "cela n'a pas de prix" et je le répète.

Une reconnaissance n'est pas une "récompense" c'est une justice rendue à une oeuvre, à un artiste, une mise en lumière de son travail, dans son ensemble ..cela je l'ai eu ..  !mais ce n'est pas pour cela que je crée  et  je n'ai pas "concouru" pour l'avoir : je suis juste allée-j'ai même affronté!-  vers les gens, j'ai débattu, montré,  discuté.  C'est passionnant. je m'y suis fait de belles amitiés sans rivalité ...on y respire aussi pardonnez_moi un peu plus d'oxygène et pour pour être carrée un  peu plus d'intelligence  c'est à dire moins de bornage et de conformisme, de "ça s'est toujours fait comme ça" et d'arguments qui n'en sont pas parce qu'ils ne reposent que sur un consensus qui n'a pour  lui que le nombre et non la réflexion réelle.


On m'a donné un cerveau  - et appris à m'en servir : je m'en sers. Pour moi réfléchir, c'est questionner ses pratiques et  celles des autres, c'est signaler aussi ce qui semble nuisible au regard que le monde porte sur notre art (déjà que c'est de l'ordre du coup d'oeil fugace !)
c'est un  problème général (voir Stitching resistance) et c'est pourquoi je continue ...

Si j'avais tort le patchwork serait grâce à ces manifestations considéré à l'égal des autres arts, or on en est loin, il n'y a que dans les revues de patchwork qu'on  affirme qu'il est reconnu (entre soi  et soi ? ).Ah oui c'est vrai de temps en temps on en montre une vision assez stéreotypée à la télé, le matin très tôt ... façon journalistique, ou on ouvre les colonnes d'une revue d'art à des quilts anciens parce qu'une collection passe par là ...c'est anecdotique , purement .rien qui change le fond des choses .

 

 Les prix et concours :  demain tout le monde aura oublié qui était lauréat ... surtout s'ils pullulent . En aucun cas ça ne contribue à une reconnaissance officielle de notre art . A votre petite satisfaction personnelle oui.C'est important pour vous, certes . Mais c'est se contenter de bien peu pour un art qui pourrait être grand, exercé sans tant de "pesanteurs" conformistes. . j

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×