Faire ses livres soi-même -mise au point

Essayer d'expliquer . Once more. suite à une conversation ce matin . Non je ne parlerai pas des GJ . Je voudrais dire pourquoi j'ai choisi de faire mes livres moi-même.
Je le répète; je respecte infiniment les petits éditeurs qui parfois ont été les miens.Je sais leurs diffccultés. Je dirai : justement ! . D'abord parce  que je n'ai quasiment jamais envoyé de manuscrits de poésie à une maison d'édition J'excepte les ouvrages à deux voix, deux mains .
Pourquoi ? C'est difficile à expliquer . D'abord je n'ignore pas que nous sommes très nombreux à écrire ce que nous nommons poésie . J'en ai comme tout un chacun ma conception elle coïncide rarement avec les tendances littéraires du siècle -il me suffit de lire ce qui est prisé pour m'en convaincre-
Ensuite parce que contrairement à que certains pensent je n'ai désir de gloire ni d'éloges. La reconnaissance c'est différent mais je ne m'épuiserai pas à expliquer la nuance et je l'ai déjà fait . Zut qu'on aille y voir ! Je suis humaine j'aime quand on aime ce que j'écris mai ce n'est pas ma visée première. J'aime surtout quand l'autre en face me dit avoir éprouvé une émotion même si parfois c'est pas du tout celle que j'espérais susciter . C'est le jeu des lectures ... des approches. Pour moi elle est libre comme je me sens moi libre .j'aime quand s'établit un dialogue un échange . Même conflictuel.
Ma visée première c'est d'approcher d'une sorte de saint Graal poétique nommé justesse , et comme j'ai le sentiment que ce n'est jamais tout à fait cela, je continue.
Ensuite j'aime l'objet livre et déjà bien avant de croiser l'ombre d'un éditeur, je me les faisais moi-même . Ensuite bon quand j'ai été éditée -pas en poésie je le répète- on m'a expliqué qu'il y avait des problèmes de diffusion surtout pour les petits. Donc finalement , si je voulais bien écouler mon stock moi-même -le rachetant à prix réduit- ça arrangeait tout le monde. Seulement me suis-je dit pourquoi embêter ces éditeurs croulant déjà sous les manuscrits ,les stocks à gérer et peinant à diffuser et à faire la promo  etc.J’ajoute j'ai le sentiment de ne plus avoir ma vie et ma vue surtout devant moi pour ce faire . Je ne peux donc pas attendre des mois une éventuelle réponse d'éditeurs surchargés ..
Puisque le coût de l'impression a baissé même pour un très petit tirage , pourquoi pas gérer tout moi-même . Je dis bien moi-même sans prestataire de service style édition à compte d'auteur.
Erreur fatale : si on n 'a pas l'aval d' un comité de lecture c'est donc qu'on s'auto-évaluerait bon (pourquoi pas génial ?) Non mille fois non moi je veux juste faire un livre , je n'oblige personne à l'aimer ni à le trouver bon mais on comprendra que l'avis a priori de quelqu'un qui le rejetterait pour ce motif d'autofabrication sans même l'avoir lu , parce que ça n'a pas été cautionné est nul et non avenu. On lit d'abord on juge ensuite c'est rigoureusement indiscutable .
Et ici je donne à lire gratuitement pour tous ceux qui n'ont pas forcément envie d'acheter ...J"ai besoin de lecteurs pas de louanges de réactions pas de dithyrambes ! Je comprends ceux qui ne peuvent pas, n'ont pas les moyens, ceux qui ne veulent pas, ceux qui n'aiment pas ceux qui aiment mais bôff pas assez pour .
C’est permis de faire exister ce qu'on crée hors circuit ? Sans jugement péremptoire ? Maintenant si un éditeur passant par là me dit ça me botte j'aimerais faire un livre avec vous ... qu'il le dise maintenant ou se taise à jamais (là je suis sûre de la réponse ) . (publié sur facebook ce 4 décembre 2018)

 

témoignage- écriture

Ajouter un commentaire