Jeux de mains

Mains3

 

 

" Les peintres ne peignent pas non plus avec leurs pieds" ...

 

Des réactions à l'article précédent (merci à celles qui  m'en ont fait part ), je retiens  qu'il faut  revaloriser  le "travail manuel". Certes, je ne puis qu'applaudir (des deux mains )  mais ça dépend comment (toujours méchante, jamais contente, chieuse, quoi !). Je m'explique . C'est pour moi vital, crucial. Si ça barbe, on ne lit pas , si ça irrite, agace ou blesse, je vous prie de m'en excuser. En aucune chose, je ne prétends détenir la vérité, mais je soulignerai que je n'affirme que des choses mûrement réfléchies, comparées, étudiées, analysées, éprouvées .Vécues, même et ce, depuis plus de 30 ans. Trente ans  et plus .. .que j'ai mis mon grand nez dans l'art textile sous tous ses aspects... trente ans que je réfléchis sur les pratiques sur les notions d'art et de création en ce domaine , mais par rapport aux autres arts aussi,et surtout sur la manière dont elles sont ou ne sont pas connues -reconnues.

Je tiens au distinguo quand on sait ce que mal interprété, il produit  très précisément ce qu'on essaie d'éviter. Je conçois qu'il faut être un peu "de la partie" pour s'en rendre compte.

 Le but  du livre Anonymous  was woman  est de sortir les créations textiles qui sont d'authentiques oeuvres d'art de création  le mot est capital,  du ghetto du panier à ouvrages et de les distinguer de ce qui juste réalisé mais non imaginé et conçu.  Qui, lorsque l'exécution est époustouflante est aussi un art, mais pas le même (et surtout dans notre civilisation occidentale pas considéré du tout de la même façon ).   C'est précisément sa différence avec la majorité des ouvrages sur les textiles au féminin qui montrent l'habileté, l'amour , le soin mais ne regardent pas à la conception , aux visions créatrices (et pas seulement créatives ou décorative ou utilitaire ) des ouvrages .

 Certes les  femmes dont je montrais tableaux et aquarelles dans l'article précédent savaient se servir de leurs mains (pour faire la vaisselle et torcher les mômes aussi et ce n'est non plus nullement dégradant) . Mais...pas que de leurs mains.  Coudre un ourlet certes n'est pas infamant et il y faut une habileté manuelle, que tout le monde n'a pas, mais l'imagination n'y est guère requise et c'est là une première différence.  C'est un acte technique pur, si je puis dire même si, certes, il y a une intelligence du geste qui convient . Que je sais faire. Je sais cette "intelligence" de la main qui correspond à un geste sûr "fabricatif".

Assembler pour obtenir un objet -qui va servir- et doit être fonctionnel, donc , ce n'est pas la même chose qu'assembler en usant des étoffes diverses comme d'un langage. Le patchwork-quilt si mal connu en France (ou du moins connu selon des stéréotypes et superficiellement) est précisément à la croisée de ces deux "valences" couturières. Il peut servir (mais  pas tous :  les heirloom quilts étaient souvent destinés à être juste  montrés, les crazys quilts  victoriens qui ne se lavaient pas étaient considérés comme des oeuvres d'art  pas comme des couvertures !.. ) .Il peut aussi s'accrocher à un mur à l'instar d'une oeuvre abstraite ou picturale, dans n'importe quel autre medium. seulement comme galeries d'art et musées "généralistes" n'en montrent pas , il n'a donc pas ce statut et c'est pourquoi la conséquence directe est l'oubli -que dis- je : la non -existence !- des artistes qui les ont créées, et la non-conservation de leurs oeuvres comme étant leur oeuvre propre (et non un témoignage sur leur époque seulement !) . 

C'était la part d'évasion, de liberté de ses femmes et je suppose qu'elles n'auraient pas trop aimé, elles non plus, qu'on mette sur le même plan le rapiéçage de chaussettes  ou les ourlets faits aux torchons , même avec amour et parfaitement cousus, et leurs merveilleuses couvertures imaginées. Sauf à être une très grande dont le nom sanctifie les gestes textiles, mais si Madame Lambda essaie de faire pareil, elle à qui on ne reconnaît même pas de l'inspiration et le pouvoir de créer quand elle crée vraiment, vous parlez , surtout si Madame Lambda ne maîtrise pas les codes du discours intellectuel accompagnant la chaussette reprisée !

Parce qu'aux yeux du grand public, on ne revalorisera jamais les patchworks que créent les anonymes en les assimilant soit à la copie d'ouvrages à fonction juste d'imitation virtuose, soit à la couture utile (même en revalorisant celle-ci) . Ce qui est quasi CONSTANT. D'ailleurs pour que la couture  utile accède au rang d'oeuvre d'art il faut quelque peu  la conceptualiser, l'inclure dans une "démarche" intellectuelle  ce que font des artistes renommées actuelles, qui ne reprisent peut-être que pour la gloire, pas pour boucher de trous.  Tous les gestes de l'art textile, je le montrerai dans un autre article, incluent des symboles facilement conceptualisables. On peut aimer aussi travailler les matières textiles juste parce qu'on les aime et qu'on a quelque chose à dire avec cela et qu'on maîtrise cet art de langage avec étoffes rassemblées en surface.  Pourquoi créer ainsi n'est-il  quasiment JAMAIS pris en compte comme création esthétique et signe d'une expression personnelle particulière ?

On peut lire à cet égard aussi l'ouvrage de Claude Fauque, Le patchwork ou la désobéissance, souvent évoqué ici et dont je rappelle cette phrase, capitale pour comprendre  :

Le patchwork quilt ou appliqué peut-être considéré comme un art précurseur, à l’art abstrait non figuratif. A l’écoute de leur intuition et de leur inspiration et en utilisant un matériau intime de l’univers féminin, ces artistes ont su libérer leur nature créative parfois contenue au plus profond d’elles-mêmes""

Et parlant toujours des quilts dits pourtant traditionnels ,  elle note: «  pop art, op art , abstraction géométrique , collage tout cela a été recensé sans le savoir sous les doigts des quilteuses ».

 

DONC coudre pour assembler un patchwork dont on  a composé le dessin, choisi les étoffes , concocté l'assemblage, ou broder une composition dont  on a décidé des couleurs, des matières, des fils, des points surtout  ce n'est pas  du tout pareil : c'est la même main, mais guidée par l'inspiration personnelle, c'est ce que je tente désespérément parfois de faire saisir. Remarquez je n'espère plus vraiment, mais je continue quand même.

Si on assimile sans cesse soit à celle qui reproduit la conception d'un ou d'une autre , soit à un geste juste utile à visée non esthétique, on dévalorise forcément et on nie cette force vive qui est précisément la création en ces ouvrages . Même si ces deux autres manières de coudre ou broder ou raccommoder ou tout ce qu'on veut ne sont pas infamantes, elles ne sont pas, tout simplement de même nature.

Cette main-là  ne coud que parce  que l''esprit et le coeur ont visionné quelque chose de particulier , et quelque chose qui précisément échappe aux obligations du quotidien et des gestes nécessaires. Que ceux-ci aient leur noblesse et surtout leur nécessité, je le nie pas, mais pour dire les choses clairement : je ne mettrai pas les pantalons de mes enfants repetassés des milliers de fois  sur le même plan que mes surfaces de liberté en folies de couleurs  Parce ce n'est pas du tout la même chose, tout simplement.

 Aucun travail humain manuel ou pas n'est méprisable mais mettre tout sur le même plan, nie précisément ce qui tente désespérement d'exister, à l'égal des autres arts . Car enfin :

De l'habileté voire de la virtuosité manuelle il y en dans nombre d' autres arts seulement - en fait, je n'en sais pas un qui n'en exige !-  on ne les ramène pas  sans cesse qu'à cela, en oubliant tout ce qui a permis AVANT d'arriver à ce travail des matières , si important ! : les peintres ne peignent pas avec leurs pieds ,et on ne leur parle  que rarement de leur "travail manuel" . Ils n'aimeraient pas, et on jugerait normal qu'ils s'en insurgent. Nous, c'est quasiment le contraire, si on ose rappeler que non ce que nous faisons, ce n'est pas juste de la réalisation, on s'entend traiter d'outrecuidante qui mépriserait le travail technique et utililitaire .  Je pourrai dire la même chose du graveur , du sculpteur  etc.

 Chez  le peintre , graveur, sculpteur ce qu'on regarde c'est les couleurs, la composition, les formes et l'expression qui s'en dégage. On l'interroge sur ses visées, sa démarche ce qu'il a voulu signifier. Nous on nous demande "comment c'est fait ?"ou bien "ça t'a pris combien ce temps ?" ou encore et c'est le pire "tu l'as pris où, le modèle ?" . De visée nous ne saurions avoir d'autre justement que ces tâches assignées aux femmes depuis des millénaires. Nous nous ne pensons pas, voyez-vous !

Précisément parce  que nos surfaces créées sont des entre-deux . Des sortes d'objets artistiques non identifiés comme tels puisque ce non-art est hors culture générale . Il faut déjà, pas mal de courage pour oser affirmer qu'une surfcace d'étoffes assemblées pourrait bien être regardée comme une surface dans un art dit majeur ou dans les arts textiles se revendiquant contemporains à l'égal des sculptures et suspensions diverses dont les galeries sont inondées alors que de patchwork de création, on ne voit guère en exposition en solo -sauf dans les salons commerciaux ou sauf à faire partie d'un groupe.  Et il y restera , car ce qui est loué et distingué dans l'art textile contemporain, ce n'est certes pas ça, qu'il faut l'éviter.  On le dit depuis vingt ans !

Poser comme principe que nos surfaces sont exclues de l'art général , justement parce qu'asssimilées à de l'art appliqué ou décoratif au mieux, de loisir  "occupe-doigts " au pire .  Et ce même si on fait des surfaces à exposer sur des murs comme on met les peintures ou les gravures sur les murs. Nous n'avons droit à RIEN en ce domaine, aucune existence en tant que créatrices d'art général, on est exclues de la culture alors que les peintures abstraites citées par Clauque Fauque, elles, elles  y sont . Qui nous  prouve que ce que  nous faisons vaudrait moins sauf le préjugé qui s'attache à exclure notre art ?  Si on  n'analyse pas nos surfaces en tant que compositions esthétiques personnelles comment serait- ce possible ? Si on ne loue que le travail manuel ? C'est ce que tente le livre Stitching resistance, le livre Anonymous was a women et quelques autres trop rares. C'est ce que l'exposition Abstract design in American quilt en 1971 a tenté et réussi (mais sans que ça change, au fond le regard sur  malheureusement) . Tout reste à faire au niveau analyse critique, histoire des oeuvres et des artistes .Et,  je le crains, ne sera pas fait.

 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau