sites de broderie contemporaine et réflexions adjacentes

 

J'aime observer en broderie comme en patchwork , comme dans toutes les valences de l'art textile actuel , les tendances de mes contemporaines , voir comment notre art évolue . Pas pour copier ou imiter, mais pour savoir, tout simplement . Parfois admirer parfois rester un peu plus critique  ; je réfléchis beaucoup moi-même à ma pratique, même si -je le redis une fois de plus- n'étant ni professionnelle ni brodeuse de loisir , ni traditionnelle, ni contemporaine selon les critères imposés, je ne me situe nulle part dans le paysage. L'oeuvre des autres nourrit cependant mon imaginaire,  j'ai ce besoin quoiqu'hors-jeu hors piste et bientôt hors service , d'être reliée au "ce qui se fait" .

J'ajoute je n'ai pas la prétention d'être exhaustive , et je centre ici sur ce qui est présenté comme broderie .

 Je signale d'abord le site Le temps de broder , qui en dehors de cette page de présentation de brodeuses, comporte maints articles très intéressants et parfaitements documentés (avec reconnaissance des sources -ce qui est à saluer !) .

Parmi les brodeuses présentées dans ces portraits , je salue au passage le tandem Beaney-Littlejohn , qui a tant appris aux contemporaines françaises du début des années 2000 à une époque où innover  c'était  surtout importer -sans toujours le dire- des techniques pas encore connues de celles qui n'avaient pas internet ou lisaient mal l'anglais.  Leur travail m'a souvent fait rêver,  leur sens des matières surtout et des couleurs et des textures pas encore mises à toutes les sauces , j'ai lu leurs livres avec intérêt,  je les relis souvent pour le  plaisir  des yeux et de l'esprit , je leur dois sans doute beaucoup à cet égard , quoique je reste une brodeuse main . On pourrait y ajouter dans la même mouvance Maggie Grey et la regrettée Valérie Campbell-Harding . Elles ont contribué à faire connaître notamment le travail  du "layering" qui consiste à travailler en superpositions . Sans oublier Gwen  Hedley  dont le livre  effets de matières  broderie créative a pas mal inspiré nos artistes il y a déjà  presque 20 ans .

 

Ce site peut compléter  ces tentatives de "sortir la broderie" de ses cadres et de ses liens et donne un aperçu de brodeuses qui sont artistes parce qu'elles ont une "démarche"  -à la différence des indécrottables traditionnelles  qui s'appuient sur ce que fut depuis tous les temps la broderie   et même avant l'existence du tissu quand on brodait sur peaux de bêtes ou écorce par exemple . J'ironise un peu , certes, mais certaines démarches justement dont je veux bien saluer l'exploit, l'effort et le caractère d'innovation  puisque c'est le maître mot ... à bien y regarder s'il y innovation sur le support ( pierre, bois parfois, grille de jardin seau percé etc .. pour le point compté, ou body art)  en broderie , au niveau des points , des fils et autres matières , j'éprouve comme un manque . ça ne me comble pas .

Cette affaire de support qui donnerait  une sorte de supériorité  et de l'imagination me laisse un peu rêveuse . Je note qu'en point compté notamment que ce soit sur grille métallique ou seau percé, les motifs ne brillent pas par leur nouveauté, eux . On me dira que c'est voulu .  Moi je crois que c'est la limite de ce type d'innovation et de ces choix : on se fait remarquer par l'insolite mais ensuite -on est souvent bloqué par les possibiltés limitées des points et des fils sur ce type ce support .  L'art serait donc uniquement dans l'exploit technique ? ou le "je fais ce qui n'a jamais été fait avant moi " . On est toujours un peu dans l'optique de dénaturer un art (une brodeuse du premier site  dit "déconstruire" mais elle ne déconstruit rien, elle change juste le support !) . En fait  ce qu'on fuit c'est toujours la ressemblance avec un art domestique et dit "de loisir"  qu'on veut éviter, comme la peste.

Le summum du support qui vous sort du lot c'est peut-être la démarche de l'artiste  Eliza Bennett. qui brode sur les épaisseurs superficielles de sa peau (sans se faire saigner)  J'ai noté d'autres démarches analogues,parfois un tantinet plus gores,  je ne saurais dire qui a commencé et est "la première" .  Certes je salue la démarche, l'exploit, le courage , mais là encore cela met un tantinet mal à l'aise .  Je ne condamne rien - qu'on me comprenne l'art est libre- mais mon opinion l'est aussi. J'attends la brodeuse qui saura broder sur des nuages ! ) . -et je rappelle qu'on brode déjà sur des oeufs depuis fort longtemps -ou plus récemment sur des feuilles.

Que cela ne rejette pas comme inférieures toutes celles et  ceux qui restent fidèles aux supports "classiques" et aux fils habituels : il y a tant encore à chercher avec eux !

J'ajouterai que changer un matériau ne demande pas une profondeur d'esprit ni des visions personnelles particulières , on a vu aussi ce phénomène au niveau de l'art du fil où  tout a été testé dans ces courants novateurs sauf le fil de gruyère (et encore je n'en jurerai pas!).

Si on veut : j'aurais pu broder mes archives du Nord en perçant des boulets de charbon et en passant des fils au travers, je présume que cela aurait paru plus génial que ce que  j'ai fait . Malheureusement  pour moi j'ai des compétences en broderie pas en maniement d'une perceuse sur matériaux autres.   "Il y fallait un calculateur  ce dut un danseur qui l'obtint" dit Beaumarchais.

Ce qui m'amène à des recherches toutes aussi actuelles mais qui me ravissent et m'enrichissent les yeux et l'esprit bien davantage,

Je voudrais mettre en lumière une autre brodeuse Clémentine Brandibas, rencontrée sur Facebook , dont j'apprécie les surfaces, et qui restant fidèle à des matériaux jugés par d'autres obsolètes  bâtit ses univers "organiques"qui dégagent pour moi une magie particulière,  , et prouve qu'on peut créer de manière personnelle et authentique sans pour autant abandonner l'essence de son art . J'oserai dire  : ça rassure la vieille dame que je suis que la relève soit si bellement assurée .

J'aime aussi beaucoup dans un tout autre genre les oeuvres de Karen Duane  qui s'appuient très étroitement sur des savoirs anciens mais les renouvelle par une utilisation particulière .

Je signale aussi la plus connue Nadja Berruyer   qui pratique la broderie de Lunéville avec un art consommé . LE DVD sur sa pratique est un moment de joie absolue et de passion partagée . (Brodeuse les monstres et la babayaga)

Je signale également le travail si délicat  de  Cécile Meraglia

 Il en existe bien d'autres que j'ai déjà citées dans mes articles sur une technique particulière (peinture à l'aiguille, broderie en relief , tapisserie à l'aiguille ) .

Il faudrait parler aussi de la vogue dite du "slow stitch  "qui est un retour au geste main  avec improvisation "méditative" -si on médite c'est tout de suite une plus-value ... où ma foi on trouve un peu de tout ... avec une orgie   de faux boros ou pseudo kanthas .   La recette est simple vous prenez trois quatre bouts de tissus effrangés  en préférant les tons neutres,   vous superposez partiellement  vous les fixez avec des points simples le point avant étant le favori toutes catégories confondues .Comme en toute technique la réussite dépend de la richesse des mondes intérieurs de qui crée pas  des modes et des procédés .

Mais le faire saisir reste toujours difficile !

 

 

 

Archives du nord travail 10 det 2 jacqueline fischer art textile
 

 

 

 

Réflexion-débat-questionnement liens sites art textile

Commentaires

  • fra,çoise pradel
    • 1. fra,çoise pradel Le 02/01/2020
    bonjour,
    merci de nous faire découvrir ces artistes.
    • FISCHER JACQUELINE
      • FISCHER JACQUELINELe 03/01/2020
      merci à vous d'avoir lu !

Ajouter un commentaire