Histoire d'ouvrages

Si les ouvrages m'étaient contés...

 Dans le Pouvoir des Fables Lafontaine raconte l'histoire d'un célèbre  orateur athénien qui parlait de problèmes graves et d'un danger menaçant la cité et personne ne l'écoutait. Sensible à cette inattention et après maints efforts, ayant épuisé d'autres procédés oratoires, il commença une anecdote-dont nous ne saurons jamais la fin !  et son auditoire alors fut tout ouÏe.

 On peut lire le texte ici

Lien vers le pouvoir des Fables

J'aime les anecdotes, d'abord parce qu'elles sont démodées ... un peu à la façon dont les auteurs d'autrefois  ( parmi lesquels mon cher Montaigne) s'appuyaient sur elles pour fonder leurs réflexions plus abtsraites. Les tissus et les ouvrages ou oeuvres qu'on élabore avec les étoffes ont parfois beaucoup à nous dire , c'est un peu ici une coulisse, un envers que je montre. Pour ceux et celles qui y trouveront peut-être un intérêt

Il y a aussi mes découvertes du monde du patchwork et de l'art textile en ses relations humaines et parfois il faut bien l'avouer décevantes, très loin de ce "merveilleux partage" dont on nous rebat les oreilles. Qu'on ne voie point d'amertume quand je signale mes déboires à cet égard   : je suis la première à en rire, et à les relativiser. 

Le nichoir aux oiseaux

 Cet ouvrage a été réalisé en 2006-2007 pour utiliser des carrés de broderies faits par des femmes afghanes dans le  cadre de l'exposition  de  Fil  à femmes.

Le but pour moi était moins d'exposer que de créer en solidarité avec les brodeuses afghanes. Fort heureusement, vu la suite ...

 J'avais peu de temps pour le faire et ce n'est certes pas ni le chef d'oeuvre du siècle, ni mon meilleur ouvrage mais j'y ai mis tout de même tout mon coeur . J'ai essayé d'installer les oiseaux confortablement et dans un environnement qui leur soit propice : petites fleurs et abri. J'ai brodé moi-même un oiseau au point compté dans les mêmes tons, et j'ai ajouté les initiales des femmes qui avaient brodé les oiseaux ainsi que les miennes.

Le montage était un peu de guingois, mais au moment d'équerrer, je sais faire, je le jure j'ai même une grande équerre qui ne sert rien qu'à ça   !  je me suis dit que non , que cet aspect irrégulier allait bien mieux au fond avec l'esprit de l'ensemble.

J'avais  fait le pari avec une de mes relations que si j'utilisais des tissus à petites fleurs qui me semblaient pourtant bien se marier avec l'esprit des broderies qui m'avaient été assignées en quelque sorte , et leur tonalité rose un peu vieillot, l'ouvrage ne serait pas sélectionné.

Pari gagné : l'ouvrage fut refusé pour excès de ... rusticité .Tout le monde sait que les oiseaux  haïssent la campagne. Les petites fleurs et l'aspect de guingois n 'étaient pas passés  sans doute aurait-il fallu pour ces volatiles un ouvrage beaucoup plus...branché ; n'empêche passant près de lui, ma fille se l'appropria. On trouve toujours  quelqu'un qui n'est pas allergique au pollen des  petites fleurs sauvages.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×