Oeuvre souterraine -3 : L'art textile

L'oeuvre souterraine- L'art textile. :

 J'en ai très souvent parlé ici  -et ce n'est pas fini !- et je ne vais donc pas refaire mon parcours par le menu. 

 Je parlerai ici plus de broderie que de patchwork (même si les deux se relient dans les crazys quilts et d'autres oeuvres d'inspiration plus récente) , mon parcours en patchwork est détaillé ici :le bonheur en lisière

Redire juste combien broder et écrire sont deux gestes appris quasi en même temps, mais qu'on ne relie pas si souvent. Sauf dans les alphabets , marquoirs, monogrammes et les plus récentes tendances qui consistent à écrire ou broder sur textile ou mixed media. Pour moi 'c'est lié aussi de l'intérieur (même si j'ai écrit et brodé des textes sur étoffes et que je le ferai probablement encore.) Mes articles textes et textiles illustrent d'autres voies (et ce n'est pas fini !) .

Déposer des lettres sur un papier . Déposer des fils sur un tissu, et déjà comme une fascination pour les motifs. Dès mes sept ans ...et par les magazines féminins comme expliqué dans l'article Modèles.

Pour moi ce qu'on juge "décoratif" est signifiant.  Surtout si on crée ce "décor" non pas forcément en inventant le motif (pas plus que la lettre ou le mot) mais en se l'appropriant par l'interprétation qu'on en fait, la manière dont on compose avec tout cela. Et surtout ce qui est propre à la broderie : les motifs, les points, les fils, les matériaux rapportés sur une étoffe de fond. Comme le photographe compose avec son sujet et la lumière (bienheureux photographe à qui on ne demande jamais si c'est lui qui a dessiné ! ).

 Brodant pendant longtemps comme on le faisait toutes pour décorer et orner donc -ce qui semble rédhibitoire vu que c'est dévolu aux femmes et aux artisans (art domestique et servile n'obligent pas qui les pratiquent)-  jugé superficiel inférieur souvent  par  ceux qui pratiquent les grands arts ou on condescend à en reconnaître un sorte d'esthétique qui serait dépourvue de vie de profondeur (la beauté n'est pas aimée non plus !) .. ou le fameux "travail" ; on concède, on ne comprend pas !! on ne ressent pas surtout .

Mais déjà interprétant les motifs y mettant mes fils, mes couleurs et les points que je choisissais ( ce qui reste l'art du brodeur  ) .Et une création authentique, je le rappelle avec force qui tient à ce qu'on va déposer sur le tissu.  Comme on écrit sur une page très exactement et non comme on calligraphie le texte d'un autre. Composer une broderie c'est très proche de composer un poème .

Pas en pro , certes, je n'ai as la prétention de posséder  la maîtrise des vraies ouvrières d'art et brodeuses de Haute-Couture,  mais j'ai travaillé de 2007 à 2012 comm créatrice de modèles,en patchwork puis en broderie  parce qu'on me l'a demandé. Et j'aimais bien, même si parfois croulant sous les commandes j'avais peur de ne pas finir dans les délais, même cette création n'était que semi-libre (il y avait un cahier de charges en quelque sorte) , même si on m'a dit qu'évidemment cette revue  "c'était pas le top " 'pardi puisqu'on m'y employait !)  et même si un jour ça a cessé sans qu'on m'en avertisse , ce qui eût été courtois .

Peu importe c'est une expérience que je ne regrette pas même si aujourd'hui je suis résolument dans "autre chose" .

 

PICT0574.jpg

 

 

 J'aimerais dire, parce que j'ai mauvais caractère (!) :

- Pas plus que je n'assemble  ou écris je ne brode ni ne couds  pour "occuper mon temps'  je n'ai pas besoin de cela j'ai comme beaucoup des obligations domestiques, familiales, amicales,  etc.

- Ce n'est pas un loisir 'créatif"  , ni un "hobby" mais une recherche  constante dans un art qui me passionne, même si durant tout un temps de ma vie j'ai dû l'oblitérer ...Si c'était un loisir je n'aurais pas décidé de m'arrêter de travailler avant l'heure pour ce faire.  Je reconnais que ma "chance" est de l'avoir pu, mais c'est une  "chance" que j'ai obtenue en travaillant . Pas une rente qui m'est tombée par héritage. J'ai fait un choix de vie et je l'ai tenu. C'est  vrai, je l'ai pu et d'autres ne le peuvent , mais  y renoncer ne les aurait pas aidés et ce choix donc ne nuit à personne.

- Ce n'est pas une activité pour me détendre . Ni "méditer" avec les doigts occupés en mode automatique . Je construis ce  que je fais ... et souvent les points choisis demandent une concentration extrême pour ressembler un peu   à  ce que je veux, ce n'est pas en mode "je suis le pas à pas" ou je remplis ma surface en regardant la télé - Ce serait impossible ! mais c'est le plaisir de "faire naître" à chaque fois. Des choses comme ci dessous  par exemple :

 

 

detail.jpg

 - Je ne cherche pas à faire de "jolis objets" ,  on peut les trouver "jolis" tant qu'on veut , mais je cherche une harmonie,  un accord par ce moyen comme en tout ce que  je fais .  C'est le lien. L'harmonie je le répète souvent,  est fille de Mars et comporte ses discordances voulues. Et s'il n'y en a pas, c'est voulu aussi . D'autre part je crée des surfaces, comme les peintres, graveurs  ou les photographes ( !)  parce que  la surface est mon mode d'expression choisi . C'est ce que je préfère mais voilà ça force les gens à penser napperons, couverture, centre de table,  vêtements, accessoires, parce  que c'est le rôle dévolu aux arts textiles  .. pluôt que surface où on dit quelque chose .. cela ne va pas de soi(e). C'aussi pour une raison pratique : ma maison ne saurait contenir des suspensions, des sculptures géantes  etc .. et puis l'idée  me séduit de cette ambivalence de certaines de mes surfaces : art et réchauffement des corps ou du décor.. déjà comme ça elle est pleine à craquer, ma maison  et des matériaux et des oeuvrages ... au point que parfois je me dis que je suis folle de continuer à entasser ici toutes ces choses qui  n'intéressent que peu de personnes (des personnes de qualité s'entend :-)  mais comme c 'est le nombre qui compte pôur compter ! Las ... après moi hop disparition. L'admettre et en profiter tant que c'est possible.

 

Dscf1018red

 

 

- Je ne suis pas une petite main,  je crée pour m'exprimer, moi et non pour rendre les créations d'autres. Ce n'est pas déshonorant de le faire,  très très loin de là,  tout au contraire mais d'abord c'est un métier pour lequel je n'ai pas de qualification reconnue, justement. Juste mon expérience et mes expérimentations d'indépendante.  Ensuite ce n'est pas du tout cela que je veux faire. Donc quand je crée un sac ou une écharpe, un gilet  il est de moi, de la conception au dernier point cousu. Et je n'ai pas pris le modèle dans une revue . ( c'est l'inverse, j'ai créé des modèles pour des revues et croyez-moi, ce n'est pas du tout pareil !) .

 - Je m'exprime avec fils, points tissus comme un medium dans une optique d'expression personnelle pas de perfection technique, ni de  transmission patrimoniale d'un savoir ancestral. En revanche j'intègre des éléments issus de ce qu'on nomme tradition dans ce que je fais, j'intègre aussi des techniques et matériaux dits "innovateurs" - Je crois que dans le monde de l'art textile c 'est une pratique assez courue -ce qui l'est moins parfois c'est de reconnaître honnêtement ses emprunts .

Je demande juste cette compréhension qui du reste exige  au moins un peu connaissance de l'art en question (pas de reconnaissance vraie sans connaissance  ).  Je publie x articles qui sont faits pour ça  :-) . et si on n'en a ni le temps ni le goût qu'on pense composition couleur texture et non 'tissu, fil, ouvrage de dame, joli,  heures de travail , habileté, patience .. etc . Que si on est peintre, photographe ou graveur on imagine ce que  ce serait d'entendre tout cela à chaque fois ou presque qu'on montre quelque chose. Et d'être systématiquement oublié(e) des recensions de l'art tout court ... pûisque pas dans la bonne case. Et même dans aucune et les refusant, viscéralement ......

 

Avatar2 red b jacqueline fischer art textilepg

 

 

 

témoignage

Ajouter un commentaire