Blog

  • Contemporary quilts, heritage inspiration

    quilters-guild-001.jpg

    Titre / the Quilters' Guild Collection , contemporary quilts , Heritage inspiration

    edited by Bridget Long

     Editeurs David and Charles 2008 (réédition)

    en anglais

     

    Le but de ce livre est de mettre en parallèle un (ou des) quilts anciens et leur interprétation par une artiste contemporaine.

    Après une introduction par Bridget Long qui présente le projet, la première partie intitulée 400 years quilts retrace l'histoire des quilts au Royaume-Uni de manière succincte avec de fort belles illustrations de détails et des explications historiques tout à fait passionnantes.Il s'en dégage une série de styles, donnés comme spécifiquement britanniques, notamment les médaillons quilts .

    La troisième parie et plus importante consacre un chapitre à chaque interprétation . Le quilt de départ est présenté,la démarche de l'artiste détaillée (ce qu'elle a gardé du quilt original, les raisons des transformations) et évidemment le résultat.

     J'ai noté qu'on retrouvait les constantes de l'art contemporain des quilts : c'est à dire l'abandon quasi total des tissus imprimés, qui donnent pourtant tant de charme aux pièces de départ (comme si les tissus imprimés  ne servaient plus à notre époque !), une stylisation des formes -qui à mon avis appauvrit parfois plus qu'elle n'épure - et surtout le recours presque obligatoire au sketch book (carnet d'esquisses ) avec peintures  qui est en lui-même une oeuvre d'art .. de peintre et non forcément d'artiste textile.  Admirable en soi mais à mon avis la réflexion sur et à partir des étoffes en est un peu absente, puisqu'on privilégie le côté  "Beaux arts" plus prestigieux certes, mais pas à mon avis dans l'esprit du medium "tissu" du moins comme je l'entends!

    Cela me gêne toujours un peu que ce soit présenté comme une étape  "obligatoire" du style ou des styles  contemporains.

    J'avoue avoir apprécié certaines interprétations mais être restée dubitative devant d'autres , je ne vois pas toujours les innovations comme étant nécessaires c'est à dire enrichissant l'oeuvre de départ par un regard nouveau , je ressens parfois comme de la nouveauté collée là pour faire nouveau. ..  Notamment j'avoue ne pas trop aimer  cette grande fracture blanche sur le crazy de couverture même si Fracture en est le titre :  j'y vois une sorte de papier blanc plié qui zizague de façon surnuméraire, il heurte mon regard , je ne vois plus que lui et il m'empêche d'entrer dans l'oeuvre mais quelqu'un d'autre le ressentira peut-être autrement.

     En tout cas l'inititative m'a paru tout à fait intéressante.

  • Le guide de l'embellissement

    le-guide-de-l-embellissement-001.jpg

    Titre : Le guide de l'embellissement

    Auteur Sally Holman

    Traduction française Caroline Mousnier

    Editions de saxe 2007

    Un excellent livre technique à mon avis , qui a le mérite d'allier des savoir-faire ancestraux et des  techniques plus récentes notamment sur les transferts de photos ou d'images.Les trois premiers chapitres sont centrés sur le matériel et les fournitures, les cinq suivants sur les techniques de base (appliqué, assemblage, couture sur support, appliqué avec voile thermocollant, matelassage ) ,

    Les trente trois suivants décrivent très clairement les techniques avec un bloc d'exemple . Et la présentation de chaque subdivision montre des réalisations complètes (le modèle n'en est pas donné mais ce n'est pas le but du livre et je trouve que c'est bien : il donne les moyens de créer par soi-même et non de suivre  sans faire appel à sa propre imagination) même si la fin comporte inévitablement quelques gabarits de blocs simples (à mon avis ce n'est pas le plus intéressant) ou de dessins de broderie assez simplistes eux aussi et dont on peut trouver aisément l'équivalent ailleurs.

    Sans être exhaustif (on n'y trouve pas les techniques de feutrage par exemple), ce livre est vraiment très complet et  très agréable au niveau de la présentation. Je le crois utile et intéressant  pour les confirmées comme pour les débutantes. Les quilts d'illustration  -presque tous de l'auteur- sont remarquables , aussi bien les crazy quilts rebrodés que les réalisations d'esprit dit contemporain (les deux à mon avis portent la marque d'une expression originale )

     J'ai aimé tout particulièrement le chapitre " embellir avec des rubans ou des galons" ainsi que celui consacré aux dentelles . Si comme moi vous êtes curieuse de pistes pour caser vos menus trésors, ce livre peut vous y aider. Et c'est de toute façon un plaisir pour les yeux.

  • 500 Art Quilts

    500-art-quilts-001.jpg

     

    Titre : 500 Art Quilts

    Auteur : Collectif

    Editeur : Lark Craft

    Date : 2010

    Intoduction de Karey Patterson Bresenham

     

    Si j'avais mauvais esprit (et chacun  sait que j'ai mauvais esprit! ) je dirais que ce livre est exactement ce qu'il faut posséder dans sa bibliothèque si on veut  créer dans les tendances actuelles, celles qui ont déjà traversé l'Atlantique et celles qui ne vont pas tarder à envahir les expositions.

    Mais comme je n'ai pas que mauvais esprit, je dirai que dans ces tendances on peut aussi et surtout voir se dessiner l'évolution de notre art, avec des oeuvres parfois (souvent!) à tomber à la renverse...d'admiration.

    La production est variée mais on peut discerner les courants, et par rapport à la précédente édition de ce livre que je possède aussi ce qui se poursuit (par exemple le goût pour les fameux carrés dans le carré irréguliers , on ne l'évite pas ,dès les pages de présentation , page 8 par exemple. Qu'on y voie plus d'originalité que dans certaines mosaïques dites traditionnelles me laisse toujours autant sceptique ! )

     Le figuratif revient en masse et force et c'est normal, pour qui suit l'histoire des mouvements de peinture  mais de même que les premiers art quilts étaient de l'op art un peu à retardement, on peut continuer à retrouver dans notre art un peu trop souvent à mon goût l'histoire de la peinture en différé.

    Non que ces œuvres ne soient pas  belles, émouvantes, artistiques, certes elles le sont, mais il est permis, par exemple, de préférer un portrait où le tissu est utilisé pour signifier quelque chose plutôt qu'une oeuvre peinte où il ne sert que de support. Les œuvres de Marylin Belford, de Tammie Browser sont à cet égard des réalisations  où le tissu prend toute sa signification de medium pour rendre les visages et notamment les regards.

    Lien vers le site de Marylin Belford

    Dans le figuratif une tendance au gigantisme : de grandes fleurs, de grands visages , c'est souvent beau, parfois témoin d'une virtuosité technique remarquable, surtout spectaculaire et ce n'est pas forcément ce qui génère le plus d'émotion , laquelle vient parfois aussi de ce qui ne saute pas presque agressivement aux yeux. Je dirai que pour moi ça manque un  peu de profondeur et surtout de mystère: c'est de l'art qui s'expose et qui veut tirer l'œil sur lui. C'est beau, mais il n'y a pas cette petite musique douce des surfaces où on entre sans savoir ce qu'on va y trouver.

    Des paysages, des natures mortes , pas mal de détails traités de façon hyperréaliste soit en peinture à l'aiguille, soit teintes, parfois en photos altérées  plus rarement réalisées en étoffes, ce qui me semble tout de même plus intéressant au point de vue textile de l'art que nous sommes censées pratiquer.

     En fait on s'aperçoit que jouant sur les  valences du mot quilt et du mot patchwork, pourvu qu'il y ait soit tissu, soit matelassage tout ou à peu près peut devenir un art quilt pourvu qu'il évite de ressembler à un patchwork mosaïque (et c'est bien dans cette exclusion que pour moi le bât blesse, pas dans le refus d'admirer des œuvres qui m'ont réellement fait rêver pour la plupart): une image digitale matelassée machine est un quilt. La sérigraphie imprimée et matelassée ou brodée,  c'est un quilt, le tissu peint et quilté,  c'est un quilt, et même comme  la page 331 une image numérique imprimée sur un tissu en grand format et non quiltée  et qui n'est donc ni un patchwork, ni un quilt est un art quilt ..(là je me suis dit que j'avais de quoi faire en tant qu'artiste en image numérique ...même si c'est immodeste de le penser je préfère cela à l'hypocrisie de convenance et de conformisme ).

    A noter que le mot patchwork permet, lui,de glisser vers l'assemblage de tout autre chose que du tissu ainsi le très curieux quilt réalisé avec des cartes de crédit d'Amy Orr page 414.

    La géométrie a pourtant encore la part belle et même la répétition, pourvu qu'on n'use pas des deux à la fois. Et encore on peut à condition d'user de tissus teints ou peints et surtout pas de nos petits imprimés dits classiques qui comme on le sait font beaucoup trop "patchwork" au sens péjoratif du terme... et sont, n'est ce pas, si faciles à assortir et impuissants à rendre  nos émotions ...puisque les juges Outre Atlantique en ont décidé ainsi depuis plus de vingt ans.

    Mais je ne bouderai pas mon plaisir : sur ces 500 "quilts" dont tous n'en sont pourtant pas,  si je devais dire celui que je préfère, je serais bien en peine et il y en a beaucoup que j'aime et qui me parlent à des titres divers. .Alors je citerai un coup de coeur : un visage d'enfant fait en yoyos par l'artiste Shin-hee Chin  et qui semble sortir du tableau, comme on dit (réaliser cela avec des yoyos, faut le faire !).

    Lire la suite

  • Le patchwork- Marie Janine Solvit

     

    mj-solvit-001rec.jpg


     

    Auteur : Marie Janine Solvit

    Titre Le patchwork

    Editeur Dessain et Tolra 1976

     avec le concours du magazine ELLE

     

     Bien sûr ce livre n’est plus édité ,cependant si vous pouvez au moins le feuilleter chez un bouquiniste ...

    Il apprend énormément sur ce qu’était le patchwork lorsqu’on l’a, en quelques sorte, réintroduit en France dans les années 70.

    Le magazine Elle lança un concours intitulé les Aiguilles d’or (eh oui un concours, déjà !) , et ce sont les oeuvres des lauréats qui illustrent le livre. Un masculin pluriel car on y trouve un nombre d’hommes non négligeable. quand le patchwork n’est pas assimilé à un objet utile, il peut être exercé, sans danger de dévirilisation, par nos compagnons à l’instar de la peinture..

    Le livre comporte un bref historique qui évidemment fait mention du patchwork américain mais pas exclusivement, puis une partie technique, qui tient encore bien la route aujourd’hui. Elle  a le le mérite d’expliquer comment utiliser toutes les sortes d’étoffes pas seulement les cotons lavables.

     Mais le plus intéressant c’est à mon avis les ouvrages et l’esprit dans lequel ils ont été faits. Les tissus sont de récupération et les compositions libres. On y trouve un certain nombre de paysages naïfs pour lesquels j’avoue n’avoir qu’un goût très modéré, mais déjà des fleurs géantes, des portraits, des compositions abstraites très variées  bref d’authentiques arts-quilts selon la définition beaucoup plus récente (et issue des USA) de ceux-ci. A les regarder , on n’a pas l’impression que l’art textile aurait évolué par rapport à ce qu’on nous montre comme étant des chefs-d’oeuvre indiscutables aujourd’hui. Si on met en parallèle certains de ces ouvrages et des arts quilts contemporains, on se demande ce que  le mot « innovation » dont on nous rebat les oreilles, peut bien signifier.Et ce que le mot "contemporain" utilisé comme plus-value systématique, signifie aussi

    Patchworks le plus souvent non matelassés et donc proches de ce qu’on appellera ensuite l’art textile. J’aime toute cette imagination, cette fantaisie, et ce  que je regrette c’est qu’y revenant trois décennies plus tard, on fait trop souvent comme si tout cela n’avait pas existé. Suivre les sources d’un art librement nous aurait peut-être évité nombre de querelles de chapelles, de clivages absurdes et d’excusions injustes. On rêve d’un monde de l’art textile où comme dans les pages de  ce livre les quilts inspirés de la géométrie en blocs côtoieraient les inspirations plus libres sans qu’il y ait  dévalorisation des unes aux dépends des autres.Un art "tout tissus" qui plus est, montré comme possible, qui ne cherche à aucun moment à être autre chose que ce qu'il est : une expression par le textile, variée et riche,

    Ces artistes  n’ont le plus souvent laissé aucune  trace  durable dans l’art textile , on ne peut s’empêcher de penser que c’est dommage .

    Une mention spéciale pour les dessins de blocs de l’auteur qui ornent certaines pages impaires. A ma connaissance, ils n’ont jamais été utilisés en quilts et pourtant, les graphismes en sont aussi intéressants qu’originaux (il est vrai ils n’ont pas l’air faciles à coudre).

     En complément de ce livre , existe aussi l’ouvrage 50 modèles de patchwork , du même auteur.dans un but plus pratique avec explications de réalisations . Sommes-nous pas affiliées de force au rayon du « loisirs créatifs » ?

    Cliquer sur lire la suite pour voir un exemple de ces ouvrages.



    Lire la suite

  • Quilts around the world

    Titre :  Quilts around the world

    sous-titre : The story of the quilts from Alabama to Zimbabwee

    Auteur :  Spike Gillespie

    Editeur : Voyageur Press 2010

     

    Ce gros livre de  350 pages est une pure merveille pour les yeux, tout d'abord. Je dois dire que depuis que mon mari a eu la bonne idée de me l'offrir à Noël dernier, je n'en finis pas de le découvrir et de le savourer.

    Il est préfacé par Karey Patterson Bresenham qui dirige l'International quilt festival de Houston, et plusieurs contributeurs spécialisés y ont participé.

    Livres d'experts donc, qui connaissent leur sujet

    Il est divisé en six parties  : the Americas, Asia, Europe, Australasia, Africa et la partie VI est consacrée à des patrons de blocs inspirés des différentes traditions .

    La partie consacrée aux Usa est évidemment une des plus fournies et j'en conseille la lecture  à  toutes celles qui voudraient savoir par exemple d'où vient ce clivage entre traditionnel et contemporain que les Américaines nomment plutôt art quilts. Il y est expliqué très précisément (pages 79 et 80) ce qui s'est passé après l'exposition des quilts traditionnels au Whitney Museum en 1971, et comment beaucoup d'artistes américaines n'ont surtout pas voulu qu'on les prenne pour des quilteuses . D'où l'appellation  "fiber ou textiles artists" et d'où le rejet que nous vivons encore ..au vu que nous l'avons adopté et que certaines artistes françaises ont emboîté le pas pour se démarquer des autres  "faiseuses de couvertures ...".

      J'y reviendrai en présentant d'autres livres. Dans cette partie sur les Amériques à noter les pages consacrées aux Molas qui sont somptueuses.

    La partie consacrée à L'Europe m'a semblé inégale. Certains pays sont comment dire ? sur-représentés par rapport à d'autres (Royaume-Uni, Suède) et même si leur tradition textile le justifie, il semble qu'on n'ait pas trop cherché à en savoir plus que ..ce qu'on montre habituellement. Ainsi la France à laquelle il est consacré 10 pages c'est le boutis, le piqué marseillais et pour les quilts contemporains le superbe  Scarlet Ibis de Gabrielle Paquin. Si beaux que ces ouvrages soient , on peut se demander -et je le prouverai- s'il n'existait pas d'autres entrées vers le patchwork en France, celles du livre précédemment présenté, entre autres. Il faut choisir, certes.. L'Allemagne me semble aussi sous-représentée et notamment dans ses quilts contemporains (pas de trace d'Inge Hueber, par exemple ...) . En revanche je ferai une mention spéciale des quilts Gallois qui ressemblent tellement aux quilts Amish que l'auteur se demande s'ils n'en ont pas été l'inspiration , bien que ce ne soit pas historiquement prouvé.

    Malgré les réserves que j'ai émises (un peu chauvines, les réserves, je le concède!) , c'est un livre magnifique tant pour les yeux que pour l'esprit et je ne devais en acheter qu'un sur l'histoire des quilts et des ouvrages textiles d'assemblage , ce serait celui-là, sans hésitation.

    Lire la suite

  • Mosaïques d'étoffes

     

      Titre  : Mosaïques d'étoffes

     

      Auteur : catalogue d'exposition, présentation de Michel Perrier, Nicole Oblici et Carole Veillon

     éditions Quiltmania

    Présentation:

    Catalogue d'une exposition du collectionneur Michel Perrier qui eut lieu en 2001 et que certaines d'entre vous ont sûrement eu la chance d'admirer.

    Le livre présente les pièces, avec, pour chacune, à la fin de l'ouvrage, un commentaire souvent très intéressant sur les techniques, les matières, l'époque , le lieu d'origine. Bien sûr le collectionneur a à cet égard possède peu  de certitude puisqu'il n'y a pas eu archivage de ces pièces à l'époqie où elles ont été conçues. On ne peut s'empêcher de penser à tout ce qui a été perdu probablement.

     On entend souvent dire qu'il n'y a pas de "tradition du patchwork en France" sans doute, mais ce livre atteste qu'il y a eu une pratique digne d'intérêt,  mais que celle-ci a été déconsidérée et occultée, dès le départ. Il n 'y a tradition que si la transmission existe et malheureusement, il semble que dans notre pays, on ne juge pas que ce soit nécessaire , alors que dans d'autres et je songe au Royaume-Uni, des musées ont des départements entiers consacrés aux arts d'aiguille et  textiles.

     

    Si un collectionneur , un seul, a pu retrouver nombre de si belles pièces, c'est qu'il a existé des artistes inconnues pour les réaliser. Le quilt de couverture montre bien ce que pouvait être un patchwork à la française. Je dis bien patchwork et non quilt , le patchwork désignant l'assemblage et le quilting le matelassage.

    Ces pièces pour la plupart sont brodées, certaines magnifiquement, mais pas forcément matelassées et j'aime assez cette idée d'un patchwork qui ne soit pas soumis aux diktats d'une soi disant tradition (il n'existe pas qu'une tradition du quilt , mais une tradition de l'assemblage d'étoffes .sans matelassage obligatoire)..Ce livre le prouve éminemment

    A noter la pièce 27 qui est un extraordnaire tableau figuratif où les tissus sont traités comme des touches de peinture .Preuve s'il en était besoin que le tissu est une matière à part entière avec laquelle on peut s'exprimer de manière variée ... Chaque pièce mérite qu'on s'y arrête et on ne peut que saluer l'entreprise du collectionneur .

    A mettre en regard avec une évolution du patchwork vers le kit ou le décalque exact d'un modèle qui sert à faire vendre des tissus.,  alors qu'on sent bien à feuilleter ce livre ce qu'aurait pu être un art libre où on use des étoffes le plus souvent récupérées,  à sa guise, sans trop de souci du goût et encore moins du goût du jour, même si certanes pièces peuvent attester d'influences.

    On ne peut aussi s'empêcher de penser à tout ce qui se perdra à notre époque, faute de lieu pour conserver  et de volonté de le faire cela ne semble pas important, même aux yeux des spécialistes en patchwork et art textile qui pourtant se sentent aptes à décider de ce qui vaudrait ou non. ..D'autant que la création en ce domaine est  niée, quand elle reste dans cet humble domaine des bouts d'étoffes cousus ensemble .

  • Making History par Barbara Brackman

      Titre : Making History

      Quilts and fabric from 1890-1970

      Auteur : Barbara Brackman

      Editeur C&T Publishing 2008

    NB :ce livre est le deuxième d'une série consacrée à l'histoire des tissus. Je ne possède pas le précédent.

      Présentation : Le livre comporte quatre chapitres, consacrés chacun à une période;   (1990-1925/1890-1946/1925-1950/1950-1970 )

    Pour chaque période, l'auteur développe l'aspect historique, avec nombre de fac simile et de photographies d'époque, sans oublier de mentionner aussi les conditions de travail dans les usines textiles. C'est passionnant et on  y apprend beaucoup.

    A noter par exemple(entre autres beaucoup d'autres choses) des pages très précises sur la teinture à l'indigo naturelle et chimique.

    A la fin de chaque chapitre des doubles pages montrent en vis à vis des échantillons historiques et leurs reproductions "contemporaines".Il est aussi proposé des modèles de quilts inspirés de modèles anciens et l'ouvrage abonde bien évidemment en reproductions de quilts des époques concernées.

    Je ferai une mention pour les quilts des années 1950 qu'on voit si peu souvent et pour cause : ils ressemblent rarement à ce qu'on attend d'un quilt après le Quilt revival des années 1970.

    A mon avis ce livre permet d'approcher la place du quilt et du tissu aux Usa dans la vie de tous les jours et dans une perspective d'histoire générale.

    Je rappelle que Barbara Brackman  - entre beaucoup d'autres ouvrages - a publié une encyclopédie des blocs piécés qui est le fondement du logiciel Block base, source infinie d'inspiration.

  • Visite guidée de ma bibliothèque d'art textile

    Bonjour à vous qui passez là!

    En plus de mon site qui est une présentation plus "statique", j'aimerais ici ouvrir une série d'articles pour présenter des livres d'art textile que je possède et qui ont nourri mon imagination.

     Je précise qu'il ne s'agit pas d'articles publicitaires ou de promotion : je suis libre de cette sorte d'attache et tiens à le rester. Bien sûr, c'est subjectif et c'est l'intérêt de l'entreprise. C'est ma réaction de lectrice "pratiquante" face à tel ou tel ouvrage que je viens partager avec vous, elle n'engage que moi, par conséquent.

    La démarche des autres artistes et surtout des artistes textiles m'a toujours fascinée, mais également les livres sur l''histoire des arts textiles, donc l'échantillonnage des ouvrages présentés ira de livres humbles et pratiques (sans technique on ne construit rien) à d'autres beaucoup plus savants, en passant par tous ceux que j'ai acquis non pour imiter, pour copier mais pour rencontrer d'autres oeuvres, m'emplir les yeux ...

    Pour moi il est inenvisageable de créer sans me questionner, réfléchir et bien sûr en ce domaine comme dans  beaucoup d'autres la lecture m' aide, non à progresser -on n'est pas à l'école !- mais à évoluer, ce qui est tout différent.

    Vos commentaires sont les bienvenus surtout si vous avez,vous aussi, lu le livre et que votre approche est différente de la mienne. Qui aime le patchwork vénère la variété des avis et respecte les divergences.

    Le premier article sur le premier livre est pour bientôt...