Blog

  • le bonheur en lisière-8

    L'art textile, le vrai, le grand, celui que je ne pratique pas .

    NB je envoie également sur l'article plus récent  "L'art txtile, les mots confisqué"s, celui où o apptend "que l'art textile est plus contemporain et plus cnceptuel que le contemporain" ou mon dialogue sur le contemporain en art txtile  en fréponse à un sodage

    Pendant ce temps , la corporation vivait sa deuxième révolution . Après le contemporain dont on nous assénait que  "pas vraiment artiste" sans cela,  voilà que débarquait l'art textile evidemment toujours sous l'influence des USA -et du Royaume-Uni) . Les personnes qui lisaient bien l'anglais et qui en avaient les moyens,  lasses sans doute de jouer avec les tissus , même en "contemporain" et sentant qu'il faut changer quand on  le dit (elles appelaient cela innover !) se mirent à appliquer les recettes de livres cultes et de magazines en vogue où le mixed-media était roi. Sous  couvert de "récupération" , on allait produire bien des fumées toxiques avec plastiques autres matériaux travaillés   au  fer à souder et masque à gaz ... tout ça dans un but écologique, revendiqué ,  d'ailleurs.

     Présenter cela comme une évolution du patchwork était ce type de supercherie que l'art contemporain affectionne .  A la rigueur, évolution de la broderie  : oui : il s'agissait souvent de rebroder dessus, spécifiquement à la machine. et j'ai beaucoup appris de ces techniques et notament d'artistes comme Maggie Grey et le célèbre duo Beaney et Litteljohn ...mais toujours en les appliquant aux étoffes et aux fils   "classiques" , qui restent ma matière "élue" . Je ne voyais pas la nécessité de lier l'innovation à l'invention de nouveaux produits, dont le toucher déjà me rebutait . J'ai essayé, car je ne rejette rien sans au moins aller y voir  Mais je n'allais pas non plus y passer ma vie, ayant fort à faire avec tout le reste (étoffes et fils, par exemple). Et la seule innovation qui m'ait vraiment conquise, c'est la machine à feutrer.

    Art

     printemps -  feutrage laine et tissus (collection privée)

    De plus  dire  textile pour ce qui était souvent du mixed media , cela se discute  cf ce lien . Lequel existait dans les arts tout court, comme le fameux "contemporain" depuis des lustres .,Alors faire croire qu'on était les " premières" à mêler peinture, papier, et tissus  fait sourire .En art, ça se faisait déjà, certains peintres d'avant-garde ne s'en étaient  pas privés ! Mais le petit monde des quilteuses n'est pas forcément instruit en histoire de l'art contemporain . Je ne suis pas experte, très loin de là,  mais  enfin personne n'est empêché de suivre sans se questionner et s'informer. Ni forcé  de rejeter en bloc, d'ailleurs, sans au moins aller y voir. Ce que je fis.

    On pouvait lire des phrases de la sorte dans la revue de l'association. Celle-ci date de 2003.  Comme précédemment, si l'auteur en veut crédit, je le lui donnerai volontiers, je ne gomme le nom que pour éviter les querelles de personnes , seule l'idée m'intéresse et ce n'est qu'une phrase parmi beaucoup d'autres reprenant la même  "thèse."

    "Il n'y a pas d'antagonisme entre le patchwork traditionnel et sa forme contemporaine , mais un enrichissement réciproque, l'un apporte ses racines, ses bases techniques, les fondamentaux d'une part  d'un art  aujourd'hui reconnu , l'autre une recherche permanente, une  nouvelle création "

    Pas moins  qu'une" nouvelle création" : on voyait grand et on  ne péchait pas par la modestie .

    En  regard on pouvait observer   des sculptures avec un peu de tissu, beaucoup de bois et de métal ou des installations de papier calque reliées par des fils, ou encore des capsules de bière plantées à l'aide de fils métalliques sur un  socle et quand  c'était tout tissu il était peint ou teint. Pas le moindre petit imprimé fleuri ou à pois, qui aurait pu entacher de sa roture cette noble entreprise !  La valeur artistique de ces oeuvres n'est absolument pas en cause et je n'en suis pas juge . Mais de tels plasticiens ont bien d'autres endroits et occasions pour exposer, publier,  se faire un nom et une carrière. iLs ont les galeries d'art que nous n'aurons jamais, nous.  mosaÏstes d'étoffes, et d'étoffes humbles et variées.  Nous n'avions que les pages d'une revue censée nous défendre aussi en tant qu'artistes.  Et prétendre que c'était une "évolution du patchwork" est, une fois de plus, un tour de passe passe. Présenter ces oeuvres-là comme étant de l'art textile "majeur", à côté du patchwork '"art mineur"   et avec quelle superbe parfois et quelle condescendance -je sais de quoi je parle !- rejetait  nos humbles  "couvertures "dans le panier à ouvrages côté modèles à reproduire (car on se dédouanait  aussi ainsi : "voyez on respecte le patchwork traditionnel puisqu'on donne des modèles "... et également en louant "la virtuosité" (couturière) des reproductrices d'anciens.

     Ce respect-là, je n'en  veux pas ! Car ce n'en était pas, le vrai repose sur la compréhension et la sensibilité, l'ouverture d'esprit  véritable. Comment respecter déjà, quand on se colle  d'office une étiquette de "plus avancée " dans  "l'innovation", ça veut dire quoi, d'ailleurs ,  "avancée " ? S'il s'agissait d'expérimenter : on expérimente tout aussi bien en essayant de dire des choses différentes avec des étoffes et de fils ... on  n'était pas plus "avancée" à y mettre du bois, des agrafes ou du plastique, de la peinture de la colle ou du plastique on faisait juste autre chose ! Ainsi, je pouvais admettre qu'on pouvait bien essayer tout ce qu'on voulait : l'artiste est libre du choix de ses matières . Et bien justement non :  puisque nous si nous usions d'étoffes à "fleufleurs" on nous taclait, quelle que que soit la surface qu'on obtienne avec. L'artiste est libre des formes qu'il choisit mais justement non  : nous on nous taclait si on usait d'une géométrie régulière, issue des blocs,  quelles que soient les recherches qu'on pouvait faire autour !

    L'artiste est libre du choix de ses matières mais  dire "textile" ce qui  ne l'est pas ...est plus délicat, même s'il règne en ce domaine une ambiguité que j'ai pu qualifier de structurelle .

     A noter que nos "contemporaines " de l'époque précédente y laissèrent aussi , parfois quelques plumes, hors celles qui sautaient dans chaque wagon de l'évolution globale, imposée comme "novatrice" . Parfois peut-être un peu aux dépends de leur évolution personnelle : il faut savoir hurler avec les louves !  Certes, on peut rester soi-même en s'adaptant. On peut aussi comprendre qu'il fallait choisir entre ses inspirations et aspirations profondes et ses ambitions promotionnelles carriéristes : cela n'exclut pas le talent mais ce n'était pas ma manière, puisque ce que je voulais faire était incompatible avec ces nouvelles normes .

    On   me pressentit à ce moment-là pour faire partie de plusieurs groupes d'art textile branché où il ne fallait surtout pas  "faire du patchwork" . J'ai toujours refusé, l'assemblage d'étoffes fait partie de mon oeuvre, et je ne voulais pas, moi être amenée à considérer comme moindre et minorée  la partie majeure de mes  créations, ni devenir schizophrène, non plus. Tout cela en moi trouvait sa juste place , sa juste importance, il s'agissait de "dire" avec des étoffes et le genre et les formes choisies correspondait aux différentes visées et  visions textiles  que j'avais. Je ne voyais rien de "dépassé" dans mes mosaïques -pas plus que dans les nus ou dans les paysages- et donc je voulais pouvoir les intégrer à mes projets .Exactement comme un peu plus tard, j'y mêlerai mes découvertes en imagerie numérique .Ni plus, ni moins.

    Le mot texture mis à la place du mot textile  fit le glissement . . . texture :  le mot magique,suffisamment vague pour y caser  à peu près tout ce qui comporte un relief , un toucher fût-il du fromage blanc séché ou des plantes, des  cailloux, du bois :  toutes matières eminemment "textiles" . ... Je me demande pourquoi dans ce qu'on nous montrait alors on ne voyait pas aussi des coupelles de sauce puisque qu'une sauce peut elle aussi avoir de la "texture". Donc on peut arguer que la sauce c 'est de l'art textile innovateur , pourquoi pas ?  De même dans les expositions d'art du fil pourquoi pas le gruyère ou les spaghettis , on admettait déjà les tuyaux  d'arrosage ou les fils électriques, pourquoi s'arrêter en si bon chemin?  Je trouvais moi que ces nouvelles innovations restaient bien timides à l'égard de ce qu'on peut faire quand le but principal est de détrôner les ringardises d'avant bonnes à mettre aux orties, et de montrer que tous les jours on est capable de réinventer son art en changeant le matériau de base en l'appelant textile par le biais de la texture ...ou de vagues coutures ou assemblages rebaptisés "connexions" . Le concept est d'ailleurs très intéressant, sans plaisanter, mais c'est la façon dont on nous l'assénait comme étant "supérieur"  à ce que nous faisions qui était méprisante , déplaisante et à mon avis inacceptable.

    Soyons sérieux : le tissu y suffisait : il a des dizaines voire des centaines de textures différentes par l'art du tissage, justement . Et il est déjà parfois mixed media (mélange de matières) . Avec ça on pouvait quand même mener une recherche personnelle sans fuir le textile et les fils jugés "routiniers" . et je ne parle même pas des motifs, encore moins des couleurs ... Ou était ce là le vrai manque d’imagination(ou de motivation ?)  en  ce domaine, comme on n'y trouvait plus rien , les autres n'avaient pas non plus le droit à  créer valablement et artistiquement avec tout cela.

      Et précisément c'est ce que moi je faisais . Je ne considère pas une source comme étant tarie quand elle ne l'est pas, je ne considère pas qu'une recherche à partir du textile  vaille mieux exercée sur des formes que  plutôt d'autres et encore moins sur d'autres matériaux que le textile en s'attribuant  bien sûr toujours une plus-value.(à suivre)

    Pict0302

     

  • Le bonheur en lisière-7

    Du crazy quilt àl'art textile

    Avant d'aborder le problème dit de l'irruption de l'art textile, ce qu'on a appelé ainsi, du moins-  je voudrais dire comment  j'y suis venue . Tout simplement par mes essais en "crazy quilt", ces surfaces irrégulières et la visée était toujours la même : faire quelque chose qui soit de moi avec les tissus que j'avais . Le quilt l'Arlequin Fou me tint de 1991 à 2002 , et je conçus le plan entièrement manuellement , avec un  placement de couleurs qui   ne se voit pas  si souvent . C'est presque un  "watercolor" en crazy , en quelque sorte . Il y aussi souvent dans  ce type d'ouvrages, une poésie bien  particulière, celle qui m'amènera aux Text-iles.

     

    JacquelineL'arlequin Fou détail 1991-2002

    L'idée me vient d'autres assemblages , toujours sur tissu de fond mais disons obéissant moins aux règles du crazy victorien, j'y ajoute notamment des broderies de laines pour combler les interstices, dans des compositions très libres

    ArtInstinctivement (collection privée)

     Et c'est aussi la période où je déciderais d'illustrer des contes en crazy quilts, ce qui me donnera l'envie ensuite de tenter la même chose sur des poèmes, mais en petits formats.Art la grue blanche - illustration d'une légende japonaise

    SI j'élargis la variété des tissus et techniques utilisées , je reste fidèle aux étoffes, aux fils : il y a tant dire, juste avec ces deux mediums, déjà ...( à suivre )

  • le bonheur en lisière-6

    1998 est la date de l'arrivée de l'informatique dans ma vie. J'avais possédé divers traitements de textes électroniques, à la fois pour mon métier de professeur et mes activités d’écriture personnelle.

    Mais rien à voir avec les ordinateurs de cette époque. En fait il fallait s'y mettre, côté métier et de plus j'avais à ce moment-là un  premier projet de livre, et l' éditrice voulait des dessins de "pros" . J'acquis donc une des premières versions de Quilt-Pro , et là je fus conquise .Et puis quelque temps plus tard Electric quilt 3 et surtout l'encyclopédie Blockbase . Ainsi je vécus une libération, moi, dans cette géométrie qui semblait tellement  "emprisonner" des vraies artistes reconnues . Et je continue, n'ayant toujours pas trouvé en quoi c'était la geole ou le carcan qu'on me décrivait  puisque partout on lisait que les "vraies artistes" devaient s'en "libérer", que c'était bon pour les débutantes enfin toujours les mêmes "arguments"  Tout au contraire. Je pouvais enfin concevoir ce que je voulais, comme je le voulais , même des dessins très complexes qui auraient été laborieux à obtenir avec compas  crayon et équerre. J'ai découvert (et encore maintenant ) combien leurs combinaisons, déformations , altérations , positionnements pouvaient m'ouvrir de compositions bien personnelles (il ne s'agit pas que de juxtaposer des blocs existants et de les colorier comme il m'a été dit !)  sans compter , evidemment, des tracés que je créais ,  comme celui du quilt Le temps des lilas, conçu à cette époque .

    Temps 1Le temps des lilas- détail -matelassage Simone Struss

    J'ai créé depuis 1998  à  ce jour des mllliers  de plans de quilts, qui sont mes créations de "designer" en quelque  sorte.. au début j'en ai donné beaucoup, en 2000 la revue les Nouvelles publiera un de ces modèles virtuels décliné en plusieurs versions de couleurs et  qui sera réalisé  par d'autres  en tissus .

     Inutile  de dire que j'avais alors beaucoup de relations. Je partagerais encore volontiers ces plans , si j'étais certaine qu'on  respecte la propriété intellectuelle du designer  et si ça intéressait encore quelqu'un, ce dont je doute.. Or ,si aux Usa celui-ci figure obligatoirement sur les publications , en France la coutume est de ne rien dire . Même omerta pour les travaux délégués qu'ils soient d'assemblage ou plus fréquemment de matelassage . Je le dis et j'en suis fière, et certaine que ça n'ôte rien à la valeur de mon travail, si ça n'ôte rien à celui des grands qui délèguent à de "petites mains", il ne saurait y avoir en la matière deux poids et deux mesures.

    En 2001, j'arrivais sur internet et les relations augmentèrent d'autant .  Si peu me sont restées,  ce sont  celles qui m'estimaient et /ou me comprenaient  vraiment et c'est l'essentiel. J'ai fait des échanges de tissus , j'étais la bonne fille qui peut vous trouver dans son  "magasin" juste l'imprimé dont vous aviez besoin pour exprimer ceci ou cela . Beaucoup de débats et de disussions à l'époque , des débats d'idées. Depuis il semble que l'intérêt se soir déplacé ailleurs , et la recherche de modèles ou de matériel, les conseils techniques envahissent les Forums .  Du reste, je me suis fait traitée de "trop intello" comme dans les cours de récré  par des personnes qui ne savent pas bien ce que le mot veut dire car je n'ai rien, strictement RIEN d'une intellectuelle qui pose au grand penseur. Si réfléchir un peu donne cette impression-là ... c'est navrant .

    C'est l'époque où venaient chez moi pas mal de personnes pour voir ... je montrais et à chaque fois et constatais une surprise . Je me demandais en quoi mes surfaces que jusqu'alors j'avais trouvées bien ordinaires, étaient différentes . Les couleurs, me disait-on souvent . Mais pas que les couleurs . Souvent on me disait : " il faut finir celui-là , il faut exposer, il faut partager, tu ne peux pas garder tout ça pour toi". Car jusque-là, aucune envie d'exposer pour une raison que je peux confier maintenant. A force de lire partout des exigences techniques extrêmes,  équerrage parfait, rien qui plisse , aussi beau à l'envers que sur l'endroit etc. je me disais que c'était des expositions  "concours de couture ", et que moi ce n'était pas essentiellement de la couture  normée, comme pour le prêt à porter, que je faisais. Les thèmes, de plus, imposés ne me convenaient pas souvent, j'avais mes propres idées, mes propres  envies . On m'a "seriné" maintes fois  que c'était une occasion  de se  confronter  à des contraintes et de se dépasser soi-même -encore ue expression à la mode ! -mais je n'ai jamais été totalement convaincue . Je ne peux pas "me dépasser "au vu que je ne me suis pas encore trouvée  ! 

     C'est aussi l'époque où on me demanda d'organiser des stages pour expliquer comment j'arrivais à mettre tant de tissus et de couleurs et que ça reste harmonieux. J'y ai réfléchi et j'en ai conclu que ce n'était pas possible. D'abord parce que  je travaillais encore.  Pour moi les stages sont surtout faits pour transmettre des techniques à partir desquelles on peut s'exprimer. Ma singularité  ne venait pas des techniques, mais de mon usage des tissus et des couleurs et motifs .  Cela me paraissait difficilement transmissible par une pédagogie classique , il s'agissait pas de trucs et recettes à appliquer , mais d'une harmonie qui était en moi, pas dans la roue de couleurs . Une harmonie pleine de risques de dérapages, d'ailleurs et qui était très loin de séduire tout le monde, surtout pas celles pour qui le bon goût "classique" est essentiel et que les audaces révulsent .

    PICT0012.JPGtata yoto  couleurs vives et tissus fantaisies

    J'ai pu cependant plus tard livrer quelques unes de ce  que je nommais mes "stratégies" dans mon livre mais elles étaient établies après coup . En fait c'est trop instinctif pour être analysé.Le but justement était d'inciter les personnes qui "font" du patchwork à regarder les tissus vraiment autrement, à s'interroger sur toutes leurs possibilités d'expression (et Dieu sait s'il y en a vu que j'en découvre encore!), et à ne pas se borner aux seuls tissus américains à cet usage, sauf à faire passer la facilité d'entretien avant la création.

    Je suis alors beaucoup trop de pistes de recherche  pour en rendre compte ici (sinon je n'aurais pas besoin d'écrire là dessus des livres entiers ) . Mon oeuvre approchait alors les 100 ouvrages, depuis je ne compte plus !

    Entre autres voies j'explore les surfaces que j'appelle mes "quilts jardins" J'avais déjà commencé en 1994 et j'en créé toujours .  C'est vrai qu'au départ, j'ai été influencée par les watercolors, mais mes jardins ne sont pas des "watercolors"  tels qu'on les décrit dans les livres. Ils portent cependant l'influence de ma rencontre avec l'artiste britannique Deirdre Amsden par livre interposé . Cela  ne signifie pas qu'ils ne soient pas entièrement de moi dans la composition , mais que de voir  ces oeuvres-là m'a mise en route pour  ces compositions-ci !  ( à suivre)

    Jacqueline

     détail du quilt Cascade-  matelassage Simone Struss

     

  • Le bonheur en lisière-5

     

    Le contempoorain arrive ou dissidente sans le savoir

    A l'époque je n'avais pas eu le temps de m'immerger comme ce sera le cas plus tard dans ce que  je nomme mon art (ça fait souvent sourire, voire ricaner mais tant pis!)  , mais ce n'était plus pour moi un loisir de détente et de divertissement pas plus que la littérature, c'était un langage qui venait prendre sa place dans mon  parcours et dont j'ai dit l'importance à cette époque où ma famille s'agrandissant, j'avais moins de concentration et de disponibilité d'esprit pour écrire. Et c'est aussi pour cela que la construction  fragmentaire des blocs dits américains me convenait. Le fait aussi que je n'avais pas d'endroit où installer un atelier.

    Ce que disaient les "grandes" dont je respectais l'oeuvre , ne me paraissait pas alors  sujet à discussion , bref j'étais encore une bleue qui apprenait son métier .Pourtant , je ne comprenais déjà pas le besoin de scinder en deux les personnes qui créaient des surfaces textiles , selon le genre d'ouvrage qu'elles concevaient . Je m'admettais "artisane" puisqu'on prétendait alors que seules étaient "artistes" les personnes qui faisaient du "contemporain", c'était présenté comme "indiscutable" et je n'en savais pas assez pour oser discuter.  Je  sentais bien  que mes surfaces étaient tout autant des créations , qu' elles venaient  de moi, que ce n'était pas  quelque chose que je faisais pour respecter une tradition  quelconque -mes quilts ne ressemblent pas à des quilts anciens- mais un  des genres que j'avais choisis pour m'exprimer, comme en littérature on élit la poésie ou le roman . Un roman d'aujourd'hui est souvent encore divisé en chapitres et on ne le traite pas de "traditionnel" pour autant .En patchwork c'est ce que constamment, on a fait !

    Nous sommes en 1992  et se tient à l'hôtel de Sens à la bibliothèque Forney la première exposition de patchworks dits "contemporains" .

    On peut trouver déjà  à cette occasion, un article signé d'une des artistes participantes, de celles  qui ont su se faire un nom et c'est sans aucun doute mérité. J 'ajoute qu'à mes débuts, j'ai beaucoup appris de certains de ses articles et que je ne suis pas en divergence systématique avec ses opinions. Je ne  citerai pas son nom  volontairement . Je ne fais pas d'attaques ad hominem , ce sont les idées que  je discute et parfois combats, quand je les trouve aussi infondées qu'injustes,  pas les personnes  et moins encore les oeuvres que je respecte, même si la réciproque n'est pas souvent  vraie. Je rendrai crédit de cette phrase, cependant si l'auteur me le demande.

    Je voudrais citer deux phrases de cet article qui annoncent et concentrent  tous les mépris à venir : le traditionnel (on entend par là la géométrie régulière comme source graphique)   comme excellent "guide pour apprendre" , se faire la main en somme, et surtout ceci : " le quilt traditionnel est presque toujours composé d'un motif  répétitif symétrique, même si les couleurs changent , les valeurs gardent le même équilibre , l'aspect d'ensemble est d'une stabilité totale la lecture immédiate, la surface a deux dimensions , la réalisation est sans surprise."

    Exécution sommaire  de ce  que moi j'apprenais à faire. à ma façon, hors formatage toutefois des clubs ...  Il s'agissait bien de se démarquer  et de la façon dont parle   Spike Gillespie dans le livre Quilts around the world.

     Méconnaissance  du sujet  aussi : les blocs peuvent très bien  présenter des effets secondaires qui les font disparaître, les mêmes valeurs ne sont pas toujours mises à la même place.  On peut créer avec eux  des effets d'asymétrie , la profondeur y existe tout aussi bien (et il est permis de remarquer que la profondeur d'un quilt ne tient pas que de son graphisme  mais aussi de sa puissance d'expression et des lectures diverses qu'il propose grâce à l'usage des étoffes variées dont il est composé, le matelassage éventuel, le vrai relief et le faux semblant ... ) Je renvoie à mon article sur composer ou dessiner .

    Une analyse rapide  du catalogue  prouve que la géométrie est présente à  presque toutes les pages ou presque et repose souvent encore sur des blocs traditionnels, ou bien des pièces uniques (carrés, rectangles,  triangles une pléthore de bandes , quelques logs cabins détournés. Certaines  formes empruntent aussi beaucoup à l'op art (sans le dire) .Le livre de  Katie Pasquini Isometric perspectives va paraître ....C'est dans l'air du temps, il faut donc suivre (la nouveauté ou ce qui est présenté comme tel)  pour se démarquer, beau paradoxe .

    La répétition de motifs est fréquente , elle sera justifiée souvent ensuite par des  références à ... Warhol.  Émerge le désir de démarquer la peinture, ou tout au moins d'avoir une source noble, côté Beaux-arts , d'y trouver référent -sans toujours l'avouer , il fallait  aussi laisser croire qu'on créait ex nihilo, à la différence des "traditionnelles" qui elles usaient d'un dessin existant  : d'un "poncif" . L'usage du tissu uni en est un signe : rien ne ressemble plus à une surface peinte qu'une surface unie en tissu. Qu'on n'y voie pas critique de "valeur" de ces oeuvres -je sais, moi, que je ne suis pas fondée à le faire-  Mais une analyse de ce  que j'ai sous les yeux et' une réflexion qui ne se laisse pas avoir au prestige, de qui que ce soit, quand les allégations sont démenties par les faits.

    Il m'apparaissait surtout qu'il y avait deux sortes de géométries  :une pour les petites mains, cataloguées  simples artisanes même si elles créaient en appui sur des dessins réguliers de la "tradition" décrite toujours de façon stereotypée,  et en tout cas "non artistique"  et une géométrie noble empruntée à la tradition parfois  plus récente  de la peinture. ..L'une aurait été simplement décorative, et l'autre  aurait eu automatiquement profondeur, le tout sans analyse pertinente des oeuvres; c'était à admettre sans discussion . On décrivait les premières comme réductrices, sans imagination ,comme si avec plus de 4000 blocs -et on en crée toujours de nouveaux aujourd'hui !- cette soi disant tradition-  pouvait produire seulement  ce qu'on nommera un peu plus tard mais avec quel mépris encore les "resucées de traditionnel" - L'autre serait originale  pleine d'innovation et d'ouverture . Or quand on  regarde certains graphismes de ce contemporain présenté comme une révolution : labyrinthe, bandes, spirales, carrés dans un carré, ou cercle dans un cercle(carrés décalés , je ne vois absolument pas en quoi ils témoigneraient d'une quelconque originalité et surtout d'une nouveauté  graphique et si l'innovation était de faire de la peinture abstraite en tissus , ce n'était pas bien une révolution non plus dans les formes  : l'art abstrait étant dans ses débuts  "moderne" (d'avant 1945 )et non "contemporain". Il s'agissait donc bien d'importer un grand art dans un jugé mineur pour lui donner en quelque sorte ses "lettres de noblesse"

    Mais le dire est evidemment très mal perçu .

    On pourrait , si on veut s'appuyer sur l'art muséable, le seul vrai (!) sur le mouvement Pattern Painting dans les années 1970 .Si ces oeuvres-là sont muséables en tant qu'art, côté Beaux arts, grands arts ,  pourquoi pas alors tous les quilts issus d'une création réelle ? Il y aurait une  "bonne" répétition parce qu'issue d'un mouvement  d'art reconnu (au moins un  temps) et le reste serait nul et non avenu , à ne surtout pas sortir de la sphère domestique ? Et pourquoi donc  une couverture ne serait pas alors autant de l'art  qu'un urinoir ? On aurait pu s’approprier le ready made , aussi, ..encore eût-il fallu le connaître .

    Et  les quilts présentés au Whitney  Museum étant anciens seraient, eux, de l'art abstrait ? Et ça n'en serait plus quand une quilteuse moderne compose avec le même vivier de dessins  ? Mais ça en serait si la quilteuse utilise d'autres motifs existant déjà, mais dans un domaine jugé "artistique" ?  Un labyrinthe c'est plus artistique  qu'un nine patch (bloc composé de neuf carrés)  ? Plus symbolique qu'une étoile ? Et tout cela au nom d'une " libération" de notre art ?

     Ce qui me gênait déjà,  c'était  donc surtout ,cette plus-value que ces artistes s'accordaient (et s'accordent toujours) au détriment de  celles qui cherchaient sur d'autres pistes. D'autant plus grave qu'elles étaient juges et parties. Elles ont d'ailleurs leur chef de file, en la personne de l'artiste Michael James  (je rappelle que tout le monde n'avait pas les moyens d'approcher le maître!)  . Si éminent soit-il et je respecte infiniment son oeuvre, -il devrait rester permis d'être artiste, en France,  sans son aval ou celui de ses disciples . Que cet artiste se  soit prévalu, alors,  de la peinture et dédaigne les autres sources jugées trop artisanales à son gré, le concerne mais j'aimerais qu'on me prouve que c'est une vérité indiscutable autrement que par des arguments du genre : "c'est un très grand artiste donc ce qu'il dit  fait "autorité", c 'est indiscutable etc.". On peut voir  ce que je réponds à ce sujet en 2002 , lorsque  le même maître se plaindra qu'en contemporain  il y ait tant de "clones" ! Et pour cause!

    Toute mon oeuvre crie  le contraire de cette mouvance,   de toute la force de ses combinaisons de tissus et de couleurs...elle se veut précisément 'impossible à peindre" et même en étoffes on ne peut pas vraiment les reproduire  littéralement, on aura une imitation pas l'original puisque chaque  "tesselle" telle qu'elle a été choisie et placée a son  importance .... Je plonge dans les imprimés  y compris les plus surchargés,   alors que les autres chantent les louanges de la merveilleuse sobriété de l'uni -roi ! qui rend l'ouvrage automatiquement artistique et contemporain (car c'est ce qu'on lit , et ce qu'on voit , aussi !) Mais je le fais pas ni pour être "dans la tradition", ni pour me singulariser, tout simplement parce que  c'est ce  que j'aime et ce  que j'ai, moi, envie de faire.

      Je ne voyais pas non plus  les choses non comme les traditionnelles accrochées à leur fidélité à l'antique et à la perfection de leurs petits points, et à leur reproduction de tissus anciens, qu'il ne fallait surtout  pas désassortir !  à leur notion du "bon  goût"  ni  non plus comme ces nouveaux "maîtres" de notre petit monde.

    J'étais ignorée des unes par mon "genre" - et le choix de mes tissus imprimés multiples , mon refus des graphismes épurés en  deux couleurs unies , qui ne m'auraient pas autant comblée  et rejetée des autres par ma liberté de conception et le choix de mes couleurs et ma distance envers le "fini-fini" parfait des bonnes faiseuses .

    J'étais déjà  mal barrée , comme on dit . Mais si heureuse à la barre . Libre !

     Ma passion c'était les tissus dans leur diversité et mon appel dire quelque chose avec ceux que je continuais inlassablement de collecter (et pas seulement d'acheter), passion croisée avec les dessins abstraits de la géométrie dont je n'avais rien à faire au fond qu'elle fût américaine, chinoise ou papoue, ou inspîrée  de Kandinsky,  Klee, puis  Vasarely,  qu'importe .  Le tissu reste pour moi l'essentiel de mon art non les formes seules   ou plus exactement l'adéquation des deux à une expression personnelle .  Le langage que je tentais d'établir passait justement dans l'affrontement de ces morceaux disparates et en désaccord initial. Ma tâche : rétablir une harmonie . Petit dessein quand on  se heurte   à    de grands noms,  pour qui ce travail est, et est resté dérisoire.  La célébrité vaut autorité . Ma conception est pourtant exactement celle de l'artiste Edrica Huws , même si celle-ci, éminemement figurative, déteste les géométries que j'affectionne  : (tissus) qui  "dans un même vêtement, paraîtraient vulgaires et bizarres peuvent acquérir une valeur propre quand ils sont employés comme pigments ou mosaïques dans une construction" et elle ajoute " vous dépendez des hasards des tissus crées pour un emploi totalement autre " ('interview accordée à Smaranda Bourgery dans les Nouvelles du patchwork en septembre 1993.)

     Témoin ce Canicule, composé  à partir du bloc Echelle de Jacob .  J'espère qu'il prouve assez que le soi disant "traditionnel" peut aussi se lire comme du contemporain ou plus exactement que cette distinction par la source graphique choisie est tout à fait discutable . Les tissus  sont tous  imprimés , et allient une bordure en  tissu tahitien, une en tissu provençal, des échantillons de tissus américains et des faux ikats français achetés à un  collectionneur ...Un quilt pas tout coton ... c'était ma façon à moi d'être personnelle et authentique et surtout de laisser la parole aux tissus, dans un art qui tout de même était fondé, au départ , sur leur usage en mélange . (à suivre)

    Canicule2

    Canicule 1994- piécé et  matelassé main  (paru dans les Nouvelles du patchwork en juin 1997)

  • Le bonheur en lisière -4

    Au  cours des années 90, j'ai commencé ma collection de   livres américains achetés chez Brentano's, le plus souvent , puis diffusés par les commerçantes- artistes quilteuses de l'époque , si on voulait  vivre de son art, il fallait  déjà en passer par là , vendre des modèles, des kits, des tissus, organiser des stages.  La machine commerciale était en route.   Point trop de salons et un art pas encore vendu aux marchands du temple, cependant. Ma première  grande influence fut l'artiste Nadine Rogeret à qui j'achetais mes premiers tissus américains . Ce furent longtemps, les seuls. J'aimais sa façon de créer en mélangeant dans ses oeuvres une inspiration qui venait de la géométrie et des compositions tout à fait personnelles. On voit nombre de ses oeuvres dans le livre de Claude Fauque Le patchwork ou la désobéissance . Si une me fut exemple, dans mes débuts en mosaïque de tissus, ce fut elle et je la salue au passage .

    Je m'intéressais donc à cette géométrie dite traditionnelle et américaine ,  parce qu"elle coïncidait, en moi, à mille manières de construire avec des tissus. J'ai toujours aimé mettre beaucoup d'étoffes différentes dans ce que je fais , parce que pour moi c'est une sorte de richesse de vocabulaire.  A mes yeux, c'était de la mosaïque, de la marqueterie,  arts qui m'ont toujours fascinée et dont je n'ai jamais compris qu'ils soient jugés comme décoratifs et mineurs sauf quand un  grand nom s'en empare , que la peinture s'en inspire ou qu'un mouvement d'arts plastiques en vogue les récupère.  J'ai expérimenté évidemment, depuis, d'autres voies et certaines de mes créations actuelles sont toutes différentes, mais cette variété est la pierre angulaire de ce qu'on me pardonnera d'appeler ma démarche. Or, mettre énormément de tissus, de motifs et de couleurs venus non de chez un marchand qui vous les a assortis mais des découvertes et trouvailles un peu partout - neuf et ancien mêlés - exige pour équilibrer une rigueur que la géométrie des blocs et leur répétition me donnaient . La miniaturisation  des morceaux aussi.

    J'en étais donc là, à prospecter dans ma collection de tissus et les différents dessins issus de ce qu'on nomme "tradition" - J'envoyais en guise de voeux à l'association une photo d'un de mes patchworks, , on était début  92 et à ma grande surprise la directrice de publication Suzanne Lambert  me répondit , et m'encouragea. Elle fit mieux elle publia comme modèle ce premier quilt  réalisé d'ailleurs bien des années avant d'après un bloc trouvé dans une revue. Ce fut pour moi un puissant déclencheur, le geste qui me donna confiance . Mon livre lui est dédié. Sans elle, je n'aurais pas cru en moi. Je croiserai plus tard d'autres personnes (et aujourd'hui encore!) qui m'aideront à dépasser mes doutes, à continuer, car seule et souvent à contre-courant ,  ce n'est pas si facile.  Je veux saluer celle qui fut pour moi à l'origine de ce  que je nomme ma  seconde vocation  (la première, comme on le sait, était l'écriture ).    et je préfère oublier les réflexions inévitables du genre "on te l'a pris parce qu' à l'époque, 'on manquait de modèles". Car oui , c'est ce qu'on entend au sein de notre corporation. (à suivre)

    Pour

     Pour Guillaume -1990- parution   1993 Nouvelles du Patchwork

    tissus américains et de récupération

  • Le bonheur en lisière-3

    En 1984, France patchwork fut créée. Je possède encore presque  tous les numéros de la revue depuis le  numéro 20 jusqu'en 2012 où j'ai décidé de ne plus en faire partie .. Et je n'ai pas l'intention de m'en séparer. Malgré les divergences, la vie de cette association participe de mon parcours . Du moins dans ses débuts et jusqu'en 2012 où je l'ai quittée.

    J'avais rencontré le patchwork dans les revues féminines et notamment Cent Idées. J'ai défendu dans  un article intitulé Modèles (que je republierai vu la disparition du site Art-up )  ce moyen de répandre la culture textile ( si moqué ou complètement ignoré des grands penseurs en art ! ) . Nous n'en avions pas d'autres : à l'époque pas de stages, pas accès à internet : qu'on ne l'oublie jamais avant de décrier. Les créatrices de ces revues créaient, elles, réellement , c'était un métier, pas un loisir.  C'était aussi un accès à l'art textile, d'un prix modique,  abordable par toutes. Pas besoin d'être agrégée d'arts plastiques pour tenter avec ses fils et étoffes de se mettre en route.  

    J'ai donc  adhéré  à  France Patchwork en 1989 .Mais , entre temps  j'avais découvert ce qu'on nomme le patchwork américain en blocs (carrés de mosaïques) l'année d'avant, dans un  livre . L'association  à ses débuts me fournit en  connaissances techniques , en 'informations diverses. J'avais surtout besoin de voir les ouvrages et oeuvres des autres  et déjà pas pour les copier , mais m'en nourrir , acquérir ce que je vais nommer une culture dans ma valence. Et déjà, me situer par rapports aux "courants" que j'évoquerai ensuite. Culture que j'ai élargie dès que j'ai pu par la lecture de livres et pas seulement de livres pratiques . En comparant, en me questionnant, en n'acceptant pas tout comme "sainte parole" dispensée d'en haut et surtout en expérimentant par moi-même J'ai toujours détesté les dogmes et les catéchismes.

    La première chose qui m'a surprise, c'est l'organisation en clubs et en délégations  mais à l'époque, on acceptait fort bien les indépendantes et on ne les soupçonnait pas d'égocentrisme. On se référait evidemment à la tradition américaine, dominante,  des réunions de femmes style quilting bees ou autres  talk and show mais nous n'avions pas forcément le même mode de vie que les pionnières, dont on dit qu'elles se réunissaient aussi , dans les débuts, pour parfaire leur pratique de l'anglais et s'intégrer, nécessité que nous n'avons pas .  Je ne suis pas une pionnière américaine, je maîtrise ma langue assez bien et j'ai assez d'amis pour ne pas avoir envie de me faire des relations de club ou de groupe.  J'ai toujours aidé, et j'aide toujours "en free lance" donc discrétement et je n'aime pas trop un bénévolat exercé pour qu'on vous en louange et qui comporte au dévouement -dont on vous rebat les oreilles- certaines compensations. Des aides apportées, je n'ai eu le plus souvent ni estime, ni gratitude, mais oubli et indifférence, mais cela importe peu : l'essentiel était d'être efficace dans le moment .

    Le célèbre partage du patchwork, qui serait à nuancer aussi bien dans le passé (la tradition américaine n'est pas monolithe et varie selon états et époques ) et surtout elle n'est pas la seule "tradition" de l'assemblage d'étoffes, encore moins la première, évidemment. Tout ce que  j'ai pu lire depuis le confirme et dans le présent où il peut se pratiquer tout autrement , comme n'importe quel autre art.. Pour ma part, j'avais trois raisons qui me poussaient à expérimenter seule : mon indépendance native -et farouche!-, je suis incapable de me concentrer en société et j'ai dû mal ,même dans les trains ou salles d'attente ...mon travail et mes trois enfants . J'y ajouterai une paresse certaine à me déplacer. Cette attitude  -qui n'est préjudiciable à personne- n'implique pas que ce qu'on crée ainsi soit en aucune façon inférieur à ce qui est fait en clubs ou ateliers, Pourtant, aujourd'hui,  cette attitude maintient en lisière.

    La deuxième c'est l'obligation du matelassage, présentée alors  comme incontournable , et j'avoue que ce diktat, dont je sais maintenant un peu mieux les causes , m'a beaucoup gênée. Pourtant, j'ai appris à le faire, à ma façon un peu iconoclaste , mais passablement . J'y reviendrai dans un article séparé. (à suivre )

     

    Tentationexemple de matelassage main sur le Quilt La tentation de la quilteuse

    qui montre aussi ma passion des "petits" bouts

    exposé en 2004 à l'exposition Fragments

  • Le bonheur en lisière 2

     NB les liens sont donnés pour éviter de refaire des démonstrations  déjà faites .

    Il y a donc une histoire du patchwork et de l'art textile en France, une histoire ignorée et même occultée, qu'on commence à redécouvrir  mais toujours à l'arrière -plan . On a longtemps cru (et moi aussi) que le patchwork, c'était exclusivement anglo-saxon, et surtout américain (certaines américaines le croient aussi!) , mais il m'étonnait qu'en France , on n'ait jamais rien créé en ce domaine. On sait maintenant qu'il n'en est rien. cf ce lien pour en savoir plus

    Et une  histoire récente un "revival" comme on dit outre-Atlantique,qui commence chez nous dans les années 70. On voyait d'ailleurs à cette époque beaucoup de tissus imitant le patchwork, mais précisément le patchwork tel qu'on le caricature et ainsi, il ne m'attirait pas . C'était l'époque où j'avais acheté les livres de Marie Jeanine Solvit.

    J'ai raconté comment en 1982, j'ai rencontré l'assemblage d'étoffes dans mon livre Jeux d'étoffes impressions, expressions . Ignorant tout des règles du patchwork dit  américain , je traçais avec des formes simples , je faisais des couvertures pour mes enfants. Celle qu'on voit ci dessous est une des premières , composée dans le Var où j'étais en vacances pour mon fils aîné. Elle date de 1987, ne comporte aucun tissu à cet usage ( j'en ignorais l'existence) et mélange allégrement lainages, synthétiques et coton . Elle obéit déjà à une stratégie d'assemblage : un imprimé et un uni soigneusement  assorti , c'est forcément une création puisque je ne disposais d'aucun livre ou revue , mais toute  création n'est pas forcément un chef d’œuvre. J'ajoute  qu'elle a été lavée des dizaines de fois , et sur  la photo a été prise en 2010 , on voit qu'elle a tenu la route... elle n'est pas non plus  matelassée parce  que pour moi un patchwork n'est pas et ne sera jamais forcément un quilt .  Je n'avais pas besoin qu'on me dise comment placer les couleurs, ni même les unités qui ne sont pas des blocs   à proprement parler : j'avais une idée personnelle-bonne ou mauvaise- de la chose.

    Pict0075couvertures -1987

    C'étaient déjà des surfaces"expressives"  que je composais , et là sans influence au vu de mon ignorance en la matière. J'étais dans ce qu'on pourrait appeler ma période primitive . Il est à noter qu'une couverture comme celle  appelée Simplicité qui date des années 86-87 pour la conception mais fut terminée en 1992  'était déjà du "contemporain" sans le savoir au vu que j'ignorais à ce moment les "blocs" américains. Je n'allais d'ailleurs pas tarder à entrer dans l'enfer du célèbre clivage traditionnel-contemporain ... mais c'est une autre histoire... (à suivre)

    Simpliciteg

    .

  • Le bonheur en lisière -Prologue

     

     

    NB Je reproduis ici en plusieurs billets le long article que j'ai écrit sur mon parcours textile . Il dit l'essentiel de ce que j'ai vécu . J'ai commencé en 1982, ce n'est donc déjà pas pour moi un "loisir de retraitée " qui s'ennuie.  Il complète l'index que j'ai achevé il ya quelques mois .

    I-Prologue

    . J'ai souvent eu l'impression que mon parcours en art textile était une suite de malentendus, voire de contretemps, signe  d'une inadaptation foncière aussi à ce qu'il aurait fallu être et faire !

    D'avoir vécu en lisière de la vie  de ce qu'on nomme le "monde du patchwork et de l'art textile" où je ne suis ni inconnue, ni vraiment reconnue. Et très peu souvent comprise L'impression d'exercer le même art , mais avec un point de vue totalement marginal . Ce n'est pas volontaire; je ne peux absolument pas me contraindre à le vivre autrement .

    Et  c'est aussi en même temps, l'exercice d'un grand bonheur, d'une plénitude, parce que d'une grande liberté où précisément ce que je suis, ma nature, mon essence si on me permet  ce mot, peuvent se développer . Je dirai même que ces malentendus, cet écart, ces hiatus  ont été pour moi une chance, que je mesure  : ils m'ont permis d'aller aussi loin que possible, dans ce que moi, je voulais créer. N'y voyez pas orgueil, ou alors, pas seulement, mais appel, vocation . Je n'ai jamais dit une seule fois que ce que je faisais était mieux que les travaux des  autres, d'abord parce  que je trouve cela stupide, ensuite parce  que je n'y crois pas. Je crois en  revanche, à la singularité de ce que je crée  comme étant une œuvre particulière, témoignant de moi, et en ce qu'elle est aussi incluse dans une époque, un contexte inhérent aux arts qu'elle exerce ,  et soumise à des influences. Mais une influence n'est pas un formatage .

    Une chance pour créer, mais un ostracisme pour être publiée et exposée . Là il vaut mieux nager dans le sens du courant et taire ses divergences . Je laisse le lecteur juge de voir si c'est justifié.

    Parcours croisé forcément, avec le monde du patchwork, parfois au sens très étroit du terme et que je suis de très près, attentive à ses évolutions. et  à la différence de beaucoup d'artistes traditionnelles , je ne me suis pas fermée à ses mutations, mais s'y ouvrir n'a jamais signifié pour moi faire autre chose que ce qu'un désir, une envie une force puissante m'incitait à Faire. Ainsi ai-je suivi mon évolution et non celle qu'il "fallait" suivre. On ne m'a pas vu  abandonner la géométrie régulière sous la poussée de boutoir du destructuré dit contemporain, ni les tissus sous le bulldozer du mixed media déguisé en art textile, ni penser que la 3 D c'est mieux qu'une surface, plus " original" . Juste que tout cela est différent et que je n'avais rien à suivre qui ne s'intègre à mon propre parcours . Perméable mais pas influençable au point de perdre mon identité dans les tendances pour être sur un  podium

    Je livre mon expérience dans l'espoir de croiser des personnes dont le parcours est réellement proche. J'en sais quelques-unes et si les autres pouvaient sortir de l'anonymat et m'écrire je serais comblée. Non pas pour m'approuver forcément en tout ce que  j'écris : mon expérience comme tout parcours est unique et comme tel subjectif. Je ne cherche pas des compliments , mais une réflexion sur notre art qui dépasse les querelles de personnes et de chapelles et surtout ne s'appuie pas sur les poncifs d'une pensée généreusement dispensée dans clubs, ateliers et revues. Les faits rapportés de l'histoire du patchwork,  sont eux, incontournables. C'est bien comme cela que ça s'est passé et j'en ai les preuves dans les innombrables livres et revues que je lis, relis et médite. Et dans les relations que j'ai entretenues, parfois pendant de longues années et maintenant encore.

    Aux yeux des pratiquantes, je  "fais" du patchwork  traditionnel  et à côté de l'art textile contemporain . Le regard des spécialistes en art, quand d'aventure il se pose sur moi ce qui est déjà un bien grand honneur,  est sensiblement différent, car ils n'ont pas été formatés  revues,  clubs de patchwork et n'ont pas grand chose à faire avec  les clivages nés dans notre petite sphère. Et je peux vous dire: la plupart s'en moquent bien  du "traditionnel", du "contemporain" et de "l'art textile " , ils regardent comme dans un autre art : la composition, la texture, ce qui en émane (ou pas). Certains entrent et d'autres restent à la porte.   Certains hommes notamment, dès qu'ils voient des fils et des tissus,  s'écartent de la couture comme s'ils risquaient rien qu'en la regardant, a fortiori en admirant ,  de perdre leur virilité, et  certaines femmes féministes autrement que je ne  le suis, tiennent l'aiguille pour un signe de servage ...Nobody is perfect.

     A  ne pas lire  donc comme un xième récit des malheurs de l'auteur en patchwork ...je suis pas malheureuse dans mon art, mille fois non .Je suis souvent en colère, en révolte, en position militante , car j'aimerais tellement changer le "regard sur", d'autant que je sais que c'est possible, pour y être parvenue quelquefois.

    Je suis bien dans mon œuvre , où je n'ai surtout pas  voulu faire carrière   parce qu'à travers elle, j'ai visité tant de "mondes" imaginaires et ce n'est pas terminé, jusqu'à mon dernier jour je rêverai la vie en tissus, en fils, et en formes de couleurs à toucher ...

    L'histoire du patchwork-assemblage de tissus variés-  tel qu'il s'est répandu -essentiellement comme loisir dit créatif  en France à partir des années 80 mais tentant de devenir un art en éliminant ce qui avait fait jusqu'alors son  essence ,  est inconnue de celles qui l'abordent aujourd'hui et plus encore du public et ne disons rien du monde de l'art officiel dont il est d'office exclu.

     Je voudrais souligner en quoi je ne me suis  pas sentie adhérer à pas mal d'opinions tellement répandues qu'elles vaudraient " vérité" et de pratiques .  Et plus j'ai approfondi ma connaissance des arts textiles et du patchwork, et celles des arts tout court aussi, plus je me sentais dissidente par rapport à une attitude générale et un discours officiel  véhiculé par les "grandes , entendons par là les  "dominantes" officielles du moment. Jusqu'à me demander si nous parlions du même art , parfois ! ce n'est pas un réglement de compte mais une tentative de démythification et aussi de démystification : je sais trop comment certaines réputations se sont faites et se font.

    Pour parler musique :  je préfère être la tonique que la dominante, en cette mélodie parfois grinçante.

    Je  voudrais retracer ici ce double parcours, le mien et celui de ce que  je nomme la "corporation" .Je le voudrais aussi parce que  le patchwork reste largement ignoré en France, et que les personnes qui l'exercent  en loisir de divertissement en donnent une image faussée. Majoritaire, mais faussée aux yeux du grand public. 

    On me reprochera la longueur, je le sais, mais on ne peut aborder un sujet complexe en quatre phrases et deux photos . Il ne s'agit pas  ici non plus de séduire ou complaire, mais de témoigner d'une expérience. J'ai espoir qu'il existe au monde un lecteur capable de lire tout sans se lasser.

    (à suivre)

    espoir-detail-1-1.jpg

  • Lineaire C ou les points des crazy quilts

    Lorsque j'étais étudiante en grec ancien, j'ai forcément entendu parler sans toutefois l'étudier de ce qu'on nomme linéaire B ; voici ce qu'en dit Wikipedia :

    Le linéaire B est un syllabaire utilisé pour l'écriture du mycénien, une forme archaïque du grec ancien.

    Il se compose d'environ 87 signes. (..). Le linéaire B est complètement oublié dès le début du premier millénaire avant notre ère1 ; il sera par la suite remplacé par l'alphabet grec, avec lequel il n'a aucun lien1.

    Un coup doeil sur un tableau représentant ces signes vous fera saisr le titre de cet article.Et de l'ouvrage en cours.

    Pour les crazys quilts voir sur ce lien

     Il est bien évident que le lien que j'établis n'est pas scientiqfique , ni rationnel . Mais on le sait pour moi les signes sur les tissus qu'ils soient imprimés, tissés ou brodés sont des écritures non pas  intelligibles, directement traduisibles e nun discours "logique "  mais qui passent par les sens et l'esthétique; une sorte de code qui reste secret , et pour pour moi toute écriture en tant que signe garde sa part de mystère, de double sens, de non-dits  .Je crois que personne ne trace un signe sur quelque support que ce soit, sans que celui-ci puisse être interprétable. Je ne suis pas sémiologue non plus .  Juste une intution de ce que ça recouvre de possibles imaginés , donc. esprits cartésiens, s'abstenir..

     Quand j'ai découvert les crazys quilts dansles années 80 , j'ai été frappée par l'existence de plusieurs types de broderies; celles qui ornent les morceaux  qui ressemblent à celles que l'on trouve sur vêtements ou acessoires ,  motifs figuratifs pas si différents de ceux de nos napperons ou tableautins mais avec déjà beaucoup plus de symboles et celles  sur les coutures ou en motifs géomtriques isolés. Si on ouvre un livre les recensant par exemple  celui de Carol  Samples A  Treasure of crazy. quilt   stitches

    Crazy points livre samples

    On comprendra aisément regardant cette page, la parenté avec  un langage  des temps premiers de l'écriture .

    On peut objecter  que les utlisant , les femmes brodant jadis des crazy quilts n'avaient peut-être pas désir d'en faire un langage, juste d'orner leurs coutures  . Mais justement,  pour orner il y a tout le reste : les brodeire en motifs complexes et figuratifs les impressions sur les tissus, les embellissements, alors la question se pose toujours pour moi pourquoi ce choix de motifs -là  ? Et pourquoi ces dessins-là qui offrent tant de parenté avec des signes écrits pour signifier quelque chose ?Et même si on n'a rien voulu signifier avec eux,  qui nous dit qu'on n'a pas le droit d'y voir un langage ?

    Ces broderies sont souvent simples à exécuter (plus que la peinture à l'aiguille par exemple) et donnent à ce grenre "crazy quilts" un aspect qui lui est propre
    Parce que le plus souvent ils suivent les coutures (qu'ils cachent ) ils ont donc cet aspect linéaire qui aussi les fait ressembler à  des sortes  d'ideogrammes .

    Cette écriture crazy quiltique procède à partir de points de bases  et en général bien maîtrisés   :point de tige bien sûr, point de chausson, point d'épine, point de feston , point de noeuds , de chaînette , point crétois pour citer les plus courants, sans oublier le plus basique de tous ; le point lancé qui permet de faire une infinité de motifs avec des points  droits séparés ou se  se recoupant et se superposant.

    Une autre caractéristique de ces points , c'est qu'ils se combinent entre eux pour composer des lignes complexes de signes enchevêtrés parfois ou juxtaposés .

    Il en existe pas mal de recensions, et on trouve des propositions de combinaison dans la plupart des livres  de crazy quilts.
     Le premierer livre sur le sujet que j'ai possédé à dire vrai longtemps le seul c'est le petit livre couleur craft de Dorythy Bond qu'on trouve toujours et qui est très précieux :

    Razy livre bond

     

    L'arlequin fou a été fait avec pour  base ce seul ouvrage :

    Arlequin fou2 red jacqueline fischer art textile

     

    J'ai souvent une envie de tester ces points ou combinaisons ou motifs comme iune écriture    en ligne , et pour ce projet quoi de mieux qu'un livre textile ? Et en gardant la  base pragamatique de ce genre d'ouvrage qui est aussi un aide-mémoire et un apprentissage  pour tester  des points en composition, des harmonies de couleurs , des fils divers (l'écriture seule m'intresse mais je veux que le textile -le support- et les fils y disent aussi quelque chose . Donnent vie aux signes donc et âme .

     Ainsi ai-je commencé en cet automne car ma vue se fatigue vite sur des motifs plus fins à réaliser ces bandes de motifs sur des bandes de soies récupérées  et qui n'étaient pas toutes droites ...j'ai gardé de leur irrégularité.Je ne les ai as raidies par un  stabilisateur je déteste broder sur du raide (et mon arthrose du pouce encore plus !)

    Pages donc monochromes pour le support réduit à quelques couleurs en harmonie pour les "écritures" avec ajout de dentelles blanches ou  écrues ou quelques rubans dans le ton . Le tout fixé main parce que je préfère.

     Je voudrais repréciser une fois de plus : mon écriture n'est pas calligraphique et pour moi ces carnets brodés correspondent donc à une écriture singulière, personnelle  non à quelque chose qui va  être espacé en comptant les millimètres entre les points.

     Pas du salopé non plus.. Je l'espère du moins . juste cette part de vie qui échappe au calibrage rigoureux  tant en vigueur chez les  brodeuses  "parfaites". je le répète ; je révère cette perfection  mais ce n'est pas ma visée pas plus  que  d'avoir des bandes alignées au cordeau .C'est de la poésie textile qui rejoint ma devise : le jardin du poète n'est pas aligné au cordeau. je compte le broder sur la page de garde pour  contrer   les  regards de géomètre

    Voici donc ces quelques images sur la ligne suivant , j'espère pouvoir en ajouter quelques autres :

     

     

    Lire la suite

  • Le salon des refusés

    Je rappelle ici que l'art textile n'est pas un art classé Beaux-arts, d'office. Donc qui a peu accès aux galeries, murs côté grands arts et surtout pas si on a un point de départ jugé traditionnel .Le mot qui tue . Et encore ùmoins si on fait du "patchwork". le mot qui fait ricaner.

    Ceci posé, pour exposer si on le souhaite via clubs guildes et associations existent un certain nombre de sélection-concours.

    J'admets la sélection (les murs ne sont pas extensibles), j'aimerais parfois plus de clarté sur la compétence à juger et évaluer des jurys à cet égard car si on parle beaucoup d'artistes auto -déclarés il est très malvenu et totalement déconseillé si on ne veut pas se desservir (!) de  s'informer  sur la valeur à juger des  "évaluatueurs !" Surtout en assemblage de tissus vu que les disciplines Beaux arts n'étudient pas chez nous l'histoire de ce   ringard  de  patchwork ! Mais passons !

    Je n'ai pas ressenti tout de suite le désir d'exposer .Je n'ai jamais fait partie d'aucun club même si j'ai adhéré à France patchwork pendant plus de 25 ans. Je suis une indépendante. C'était admis et compris  au début des années 90 beaucoup moins par la suite. J'ai commencé le patchwork  en 1982 j'ai exposé pour la première fois vingt ans plus  tard, poussée par des visiteuses  qui me disaient toutes la même chose : il faut montrer .

    Maheureusement  à peu près tous les lieux d'exposition collectives  obligent à  concours  et de prix avec classement dont on sait  combien; en  matière de création, je les désapprouve  . J'ai expliqué pourquoi mais voilà si on voulait montrer il fallait bien le faire en suivant sans les approuver les règles du jeu  social inhérent à  notre art et aux mentalités actuelles. 

     Donc  en 2001 -2002 j'ai tenté ma chance à une exposition de de crazy quilt  à  La Bourboule. Le thème était "les continents" et j'ai décidé d'illustrer les pôles , et mon  goût pour les jeux de mots m'en a fourni le titre: Pôle position .

    49624218 10213466359799884 154610949980946432 n

    Je l'ai réalisé en bleu et blanc,  utliisant des morceaux beaucoup plus petits que ceux dont on use généralement en crazy quilt ; cette fragementation pour moi symbolisait celle de la  glace. J'ajoute que  je déteste encoller  durcir et lifter les étoffes ce qui m'a valu bien des déboires, les jugeuses partout dans le monde fuyant   le "bulk" " le gonflement, jugé inesthétique  et moi j'aime que mes soies aient l'air de vivre , de respirer ... A moi toute seule, évidemment, j'ai conscience que je  ne pourrai pas imposer d'autres manières de considérer la chose, mais au moins je l'aurais tenté et j'aurais justifié ma propre  conception d'une esrhétique des étoffes assemblées.

    Donc refusé pour cause de "ça gondole"  même si j'avais expliqué mon dessein artistique (puisque c'était demandé) .Je montre un détail pour qu'on juge à quel point c'était mal fait !

    Pole position detail jacqueline fischer crazy quilt

     Le curieux de la chose c'est que refusée pour cet ouvrage qui correspondait au thème, je vis mon Arleqin fou  (cf index des ouvrages )  que je n'avais pas présenté- sélectionné -parce qu'il était grand" me dit-on ..J'ajoute il  gondole  tout autant par endroits et pour les mêmes raisons mais celles des jurys me restent , à tout jamais impénétrables.

    Mon deuxième refusé ce fut plus tard lors d'une exposition d'ouvrages faits à partir des carrés brodés par des femmes afghanes . Il s'agissait de construire autour une oeuvre associant leur travail et le nôtre.Iil existe d'ailleurs toujours des projets humanitaires en ce sens . L'idée me semblait belle et j'ai participé   (ou voulu partciper) à la première exposition avec un ouvrage intitulé "le nichoir aux oiseauxé et qui associait tissus patchwork et broderies (dont certaines au point compté associant mes initiales à celles des brodeuses aghanes puisqu'il s'agissait d'unir deux formes d'inspiration en une surface unique ).

     Celui-ci aussi contenait un vice de forme  -il n'était pas équerré-  et surtout les tissus à fleufleurs dans une instance plutôt contemporaine ça ne passait pas ! .  Refusé car trop rustique  -sic. certainement les carrés d'origine, eux, ne l'étaient pas ! (on en voit un à droite, celui avec des zig zags grenat et rose)

    Nichoir aux oiseaux

     

     Actuellement il orne les murs de la maison de ma fille qui elle l'aime bien et l'a adopté illico.

    Ensuite il   y eut l'aventure de l'ouvrage Réflexions , un quilt de proestation contre l'intitulé d'u concours à  Saintes Marues aux Mines en 2012 où le thème était en gros de faire du mixed media "pour échapper au carcan de la fibre" . La douceur du tissu comme "carcan" , ça n'a pas paru absurde  à personne . A moi si et j'explique ma démarche en détail ici

    Mon oeuvre était précisément une réflexion sur le statut des arts textiles,intégrant des surfaces réflécissantes (encore un jeu de mot,  les jurys semblent ne pas les aimer) , les textes de réflexion sur l'art textile étaient imprimés à l'envers , les techniques traditionnelles... ou moins étaient rejetées dans les encadrements pour signifier leur relégation hors contemporain.

     Je crains que ce  n 'ait été trop complexe pour être perçu ressenti et compris et je trouve tout de même dommage que cette idée d'une oeuvre changeant selon l'endroit où elle était exposée et reflétant éventuellement  les oeuvres des autres et les spectateurs, idée  qui ne me semble pas si courue, n'ait pas permis une sélection . Sans doute y avait-il encore quelques défauts techniques rhédibitoires, là je n'ai pas su les raisons du refus.

    . L'oeuvre peut être vue en salle des machines  :

    Jacqueline-Fischer-reflexionsred.jpg

    jacqueline-fischer-reflexions2red.jpg

     

    Cet été j'ai décidé de présenter une oeuvre au concours de mini textiles contemporains d'Angers. Je viens d'apprendre qu'elle est refusée (sans trop de surprise  au vu des sélections précédentes ). Mais le thème  "mesure et demésure" m'amusait  j'ai eu envie de le traiter à ma manière.

    J'avoue que je suis curieuse de voir ce que de plus talentueux (ou plus chanceux) que moi ont réalisé sur le thème.

     L'idée pour moi était encore fondée sur un jeu de mots : le dé mesure (il est vrai intraduisible en anglais et le concours est international ). C'est de plus un text-île puisque le poème écrit au verso fait partie pour moi de ma démarche principale : associer les mots et les textes . Mais bon le concours est anonymé -un bon  point pour ses organisteurs-  et c'est pour cela que je l'ai fait.  Le dé et le mètre ajouts non textiles ont un rapport avec  la couture  le dé est autant une mesure que le mètre ; à dire vrai comme je n'étais nullement certaine que ça agrée (je connais un peu les "exigences" en matière de contemporain) je l'ai fait une fois de plus selon mes critères :

    Dscf5919 red

     

    Dscf5920 red

     

    .

    NB en juillet 2021 : on peut voir quelques-unes des oeuvres primées sur ce lien .

    Je ne considère pas ces refus comme des échecs. Les oeuvres existent  Je sais beaucoup des coulisses des sélections ayant eu  des membres de jurys dans mes relations ou des personnes qui sans décider ont vu comment ça se déroulait (surtout quand ce n'est pas anonymé !)

     Je ne suis ni aigrie, ni découragée .Je n'en veux pas aux sélectionneurs lorqu'ils sont qualifiés pour ce faire ((ce qui est le cas de ce dernier essai !)  Je sais juste que je ne fais pas de "contemporain" assez contemporain  et de traditionel assez normé bonne faiseuse pour plaire à un des deux courants de l'époque. Je fais du  "comme je l'entends" et j'ai bien l'intention de continuer.Pas la peine de me le dire.

     J'ajoute j'ai eu plus de quilts  et ouvrages retenus que refusés  (mais c'était avant le grand changement de "l'art textile plus contemporain que le contemporain"  des années 2000) , j'ai été créatrice  pour deux revues, j'ai exposé en galerie d'art à Paris en solo et récemment dans ma région avec un groupe d'amies (expositions sans concours) . J'ai pu montrer mes ouvrages ceux d'autres artistes aussi et expliquer la démarche en  salle des machines.Je n'ai pas de raisons d'être aigrie, je ne cherche pas à faire carrière je l'ai dit mille fois, ni à vendre du moins pour le moment et quand je le ferai ce sera au bénéfice d'une ou de plusieurs oeuvres s'occupant de causes qui  me sont chères,  mais je voulais  rédiger cet article car pour moi il ya souvent un manque de questionnnement dans les modes d'exclusions et de rejets. (ou d'acceptation, les critères restent flous, parfois infondés ou injustifiés et surtout très soumis aux modes et courants de pensée du temps, si bien qu'y glisser une démarche qui  propose un tout autre point de vue, hors des clivages acceptés,  est impossible)  .